La nouvelle oeuvre de Réjean Tremblay

Après avoir fabriqué d'immenses totems, Réjean Tremblay s'est... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Après avoir fabriqué d'immenses totems, Réjean Tremblay s'est lancé dans la création d'un canon de bois.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Un canon de bois se trouve maintenant aux côtés des deux immenses totems installés sur le terrain de Réjean Tremblay à Saint-Fulgence.

Une autre manifestation de l'originalité de celui qui est tombé amoureux de la matière au début de l'âge adulte.

Réjean Tremblay aime faire les choses différemment. Il y a quelques années, il a entrepris de sculpter deux immenses totems de 20 et 22 pieds de hauteur. Il a installé ses créations sur son terrain, en bordure du boulevard Tadoussac. Les pièces ne passent pas inaperçues. Les gens arrêtent pour prendre des photos près des totems.

Cet hiver, Réjean Tremblay a repris le travail dans son atelier. Il a fabriqué un canon de bois, doté de deux roues de métal de 28 pouces de diamètre.

«J'ai voulu faire quelque chose qu'on ne voit pas souvent. Je rentrais le matin dans mon garage et quand j'en sortais, il faisait noir», raconte-t-il.

Après 87 heures de travail, il a cessé de compter. Mais il sait qu'il en a passé plus de 100 à peaufiner son oeuvre.

«Je voulais faire quelque chose d'unique. Je me suis laissé inspirer par la forme du bois.»

Pour celui qui oeuvre dans le domaine de la boucherie, travailler le bois est une véritable passion.

«À l'âge de 18 ou 19 ans, j'ai suivi un cours à l'atelier de Vic Dallaire à La Baie. Je ne lui arrive pas à la cheville, je ne suis pas bon pour faire des détails. J'ai eu la piqûre pour le bois. Ça me permet de décrocher. C'est dur à expliquer à quel point j'aime ça.»

Une centaine de pièces qu'il a fabriquées se retrouvent un peu partout dans sa maison. Il a aussi fabriqué un totem pour son petit fils, Dylan, 4 ans, en rémission d'un cancer.

«J'ai fait un totem de six pieds pour lui, installé dans le haut de la montagne près de chez nous. J'ai trois petits-fils, les deux autres auront aussi leur totem», promet-il.

Il prévoit également fabriquer un second canon prochainement. «J'ai trouvé de vieilles roues de métal de 44 pouces. Je pourrai faire un canon deux fois plus gros l'hiver prochain. J'aurai toujours une idée de fou. Quelque chose que les autres ne font pas.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer