L'art de capter la vie des bars à l'aide de textos

  • Mathieu Arsenault a écrit <em>Le guide des bars et pubs de Saguenay.</em> (Photo courtoisie)

    Plein écran

    Mathieu Arsenault a écrit Le guide des bars et pubs de Saguenay.

    Photo courtoisie

  • 1 / 11
  • Le Benjy (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    Le Benjy

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 2 / 11
  • L'Illusion (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    L'Illusion

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 3 / 11
  • L'Emprise (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    L'Emprise

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 4 / 11
  • L'Hôtel du Parc (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    L'Hôtel du Parc

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 5 / 11
  • Le Bar à  Pitons (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    Le Bar à  Pitons

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 6 / 11
  • L

    Plein écran

    L"Hôtel du Fjord

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 7 / 11
  • Le Vertige (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    Le Vertige

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 8 / 11
  • L'Urbain (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    L'Urbain

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 9 / 11
  • Le Pub Racine (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    Le Pub Racine

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 10 / 11
  • Le Magic Night (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque)

    Plein écran

    Le Magic Night

    Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

  • 11 / 11

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Il fallait y penser. Puisque la présence d'une caméra rend les gens moins naturels et que la vue d'un homme griffonnant des notes dans un calepin attire l'attention, Mathieu Arsenault a eu recours à un téléphone intelligent pour saisir, en temps réel, l'atmosphère qui règne dans les pubs et les bars de la ville de Saguenay.

Assis au bar, la plupart du temps, l'auteur a fait semblant d'envoyer des textos et les gens qui l'entouraient n'y ont vu que du feu. C'est ainsi que pendant un mois, à la faveur d'une résidence d'écriture effectuée en septembre et octobre 2014, au Centre Bang de Chicoutimi, Le guide des bars et pubs de Saguenay a pris forme.

Le guide des bars et pubs de Saguenay,... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Le guide des bars et pubs de Saguenay, écrit par Mathieu Arsenault.

Photo courtoisie

Publié par Le Quartanier, ce livre de 56 pages renferme des poèmes inspirés par les expéditions nocturnes de Mathieu Arseneault. Tous ont vu le jour dans le voisinage d'une grosse bière, alors que le Montréalais originaire de Rimouski tendait l'oreille, ouvrait bien grands ses yeux, afin de capter les bouts de vie qui ponctuaient ses soirées.

«J'essayais de saisir les petits moments, mais sans juger les gens. La plupart du temps, j'ai ajusté les textes qui avaient été rédigés sur place, mais il y a des fois où ils se sont déposés d'un coup, comme ce fut le cas dans Hippo Club-1», a précisé l'auteur au cours d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès-Dimanche.

Des contraintes utiles

Les contraintes physiques imposées par le téléphone ont déterminé le format des poèmes. Les phrases sont courtes et le propos reflète le ton direct, parfois cru, qu'empruntent les personnes que Mathieu Arsenault a eu l'occasion de côtoyer.

«J'imagine qu'on pourrait utiliser la même démarche dans des cafés, mais les bars sont plus révélateurs, avance-t-il. Ce sont des lieux marginaux et en raison de la consommation d'alcool, les gens se dégênent et montrent leur caractère, ce qui fait ressortir leurs bons côtés, autant que les mauvais.»

Pratiquant une version personnelle de l'observation non-participante, un concept familier en sociologie, Mathieu Arsenault a suivi un calendrier précis afin de visiter une trentaine d'établissements au cours de sa résidence. L'idée de base consistait à prendre une bière, pas plus, afin de garder l'esprit en éveil.

«Les vendredis et samedis, j'essayais des places où j'avais le sentiment qu'il se passerait de quoi. En semaine, par contre, je privilégiais les petits bars tranquilles fréquentés par des habitués. Souvent, j'y allais pendant le 5 à 7», décrit l'auteur.

Évoquer «le réel ordinaire»

Le guide des bars et pubs de Saguenay est édité de telle manière que la page de droite renferme un poème, tandis qu'à gauche, on peut lire un essai traitant de la difficulté de rendre avec justesse ce que Mathieu Arsenault appelle «le réel ordinaire». Le temps où on pouvait filmer des gens sans qu'ils perdent leur naturel est révolu, en effet.

L'auteur évoque notamment les documentaires de Pierre Perreault, lesquels portent la marque de cette mutation. Il note que les plus anciens montrent des personnes dont l'authenticité n'a pas été altérée, tandis que La bête lumineuse, une oeuvre tardive, donne la parole à un individu - un poète - qui a conscience que la caméra l'observe.

«Je suis content de la forme qu'épouse le livre parce que d'un côté, il y a ce texte un peu intello, tandis que de l'autre, il y a des poèmes accessibles, parfois assez trash. Ça parle à des gens moins familiers avec ce mode d'expression», fait valoir Mathieu Arsenault.

Heureux de l'accueil que reçoit Le guide, il y voit l'aboutissement d'une démarche que d'autres pourront reprendre à leur compte, des étudiants, par exemple, à la faveur d'un atelier d'écriture. «De mon côté, je crois être allé au bout du procédé. Je referai des expériences de cette nature, mais juste pour m'amuser», laisse-t-il entendre.

Voir Saguenay autrement qu'en surface

Mathieu Arsenault ne connaissait pas Saguenay avant d'y séjourner en 2014. Son exploration des bars de la ville fut donc une révélation à bien des égards, puisqu'elle lui a permis de creuser sous la surface présentée aux touristes et même au-delà de la réalité avec laquelle les résidents sont familiers.

Ce qui l'a étonné au premier chef, c'est la diversité de la vie nocturne, parallèlement à son intensité. L'idée qu'on puisse sortir un mardi et trouver ce qu'il est convenu d'appeler une masse critique, un nombre de clients suffisant pour qu'il y ait de l'atmosphère, a souri au Montréalais.

Ce qui l'a impressionné, aussi, c'est le genre de personnes qui hantent les établissements licenciés. Le fait d'avoir éliminé de sa liste les endroits grand public, jugés moins intéressants, a amené Mathieu Arsenault à découvrir des réalités très loin de la sienne.

À cet égard, sa sortie au Resto-pub L'Illusion fut particulièrement éclairante. De voir des «shooters girls» en lingerie faire boire les clients au creux de leur poitrine avait quelque chose de sociologique. «Il y avait juste des gars et je ne me sentais pas à ma place», reconnaît l'auteur du Guide des bars et pubs de Saguenay.

Une autre visite, cette fois au Pub Sainte-Anne, l'a mis en présence de chasseurs. L'un des types livrait plein d'informations sur le trajet qu'il avait emprunté pour tuer son orignal. «Il était passé à tel et tel endroit et les autres le comprenaient, ce que j'ai trouvé super beau. C'est ça, habiter le territoire», énonce Mathieu Arsenault.

Une autre chose qui l'a charmé, c'est la cohabitation de personnes de tous âges sous un même toit. «À Saguenay, les jeunes sortent à la même place que les vieux. Ils ne sont pas séparés par tranches d'âge. J'ai aussi remarqué que les gens n'étaient pas dérangés par la présence d'une personne différente des autres», rapporte l'auteur.

Enfin, il a constaté avec plaisir que nombre d'établissements favorisaient la pratique du karaoké, ce qui a rendu ses séances d'observation plus intéressantes. «Il y en a presque partout et ça devient communautaire, en particulier le jeudi et le vendredi», note Mathieu Arsenault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer