Sarault prend la relève du Festival de la chanson de Tadoussac

Le nouveau directeur de la programmation du Festival... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le nouveau directeur de la programmation du Festival de la chanson de Tadoussac, Marc-André Sarault, et le directeur général, Charles Breton, ont annoncé mercredi le contenu musical de la 33e présentation de l'événement.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Marc-André Sarault chausse de bien grands souliers, en tant que directeur artistique du Festival de la chanson de Tadoussac. Il prend la relève d'une véritable institution, Catherine Marck, dont les contacts ici et outre-Atlantique ont fait de cet événement l'un des rendez-vous les plus prestigieux de la francophonie.

La programmation qui sera offerte du 9 au 12 juin comprend des artistes dont l'identité était connue avant même l'arrivée du nouveau venu, notamment les récipiendaires de quelques concours. Pour l'essentiel, cependant, elle représente l'expression de ses choix, a-t-il confié au cours d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

«Pour l'an 1, je n'ai rien chamboulé. On ne change pas une recette gagnante et comme Catherine, j'ai fonctionné à partir de l'arrivage, des noms qui étaient disponibles. L'important, c'était de tout balancer», énonce Marc-André Sarault.

Le fait que Catherine Marck lui ait offert son poste montre qu'il existe une identité de vues entre elle et celui qui, de 2004 à 2014, fut programmateur pour le Festival international de jazz de Montréal, les FrancoFolies et Montréal en Lumière. Une visite effectuée lors de l'édition 2015 a également pesé dans la décision.

«À Tadoussac, j'ai remarqué que les gens viennent d'abord pour l'ambiance, ce qui fait le charme de ce festival. Ils ne veulent pas nécessairement connaître les artistes invités. Leur réflexe est de faire confiance à la direction de la programmation», fait observer Marc-André Sarault.

De possibles retrouvailles

Chaque année, de gros noms aboutissent au point de rencontre entre le Saguenay et le Saint-Laurent, comme ce fut le cas pour Juliette Gréco en 2015. Cette tradition sera perpétuée par Plume Latraverse, qui sera accompagné par deux complices aux propensions acoustiques, ainsi que Thomas Fersen qu'on retrouvera dans le contexte d'un solo au piano.

Puisque le groupe Galaxie sera aussi mobilisé, dans la même journée de surcroît, on peut imaginer des retrouvailles entre le Français et Fred Fortin, qui fut l'un de ses collaborateurs. «Il n'y a rien de prévu, mais les deux savent que ce jour-là, ils seront au même endroit. Des trucs pourraient donc survenir», anticipe Marc-André Sarault.

Les gros noms, c'est aussi Isabelle Boulay et son hommage à Serge Reggiani, les soeurs Boulay et leur nouvel album, ainsi que la bande de Sept jours en mai. Michel Rivard, Mara Tremblay, Éric Goulet, Luc De Larochellière et Gilles Bélanger viendront interpréter les chansons qu'ils ont écrites lors d'une session intensive tenue l'an dernier.

Il y a donc une continuité en ce qui touche les grands rendez-vous, mais elle s'exprime aussi à travers la présence d'artistes issus du Canada francophone. Le Nouveau-Brunswick demeurera une valeur forte grâce Maggie Savoie, que le nouveau directeur artistique juge extraordinaire. Il vante aussi le rappeur Shawn Jobin, de la Saskatchewan.

L'Europe, elle, se manifestera par l'entremise de plusieurs invités, dont le groupe Barcello. «Il va surprendre les gens avec ce que j'appelle de la chanson française éclatée. Le gars est un super performeur», avance Marc-André Sarault.

Les musiques du monde se feront plus discrètes, en revanche, mais les habitués du festival ne perdent rien pour attendre. C'est un créneau qu'affectionne le directeur artistique, qui signale tout de même les penchants Americana de Thomas Hellman, l'un des rares artistes qu'on pourra entendre dans la chapelle protestante de Tadoussac.

En juillet plutôt qu'en juin dès 2017

La prochaine édition du Festival de la chanson de Tadoussac sera la dernière présentée à la mi-juin. À compter de 2017, cet événement qui marquait le début de la saison touristique du village sera arrimé à la fête du 1er juillet, une décision à laquelle souscrit le nouveau directeur artistique, Marc-André Sarault.

« L'un des avantages tient au fait que le congé férié de la fête du Canada nous permettra de passer de quatre à cinq jours. Les activités prendront fin le lundi, au lieu du dimanche », a-t-il mentionné au cours d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

Le comité organisateur espère également que la période des vacances scolaires générera un afflux supplémentaire de visiteurs. Il croit que plus de jeunes seront disponibles pour faire une virée à Tadoussac, que ce soit seuls ou dans le contexte d'une sortie familiale.

En ce qui touche le recrutement des artistes, par ailleurs, le portrait est plus diffus. En abandonnant la période de l'année où Montréal présente les FrancoFolies, le Festival de la chanson de Tadoussac se prive de collaborations intéressantes, comme celle qui amènera Thomas Fersen à se produire en solo, cette année.

D'un autre côté, il entre dans la fenêtre qu'occupent des événements avec lesquels il sera possible de nouer de nouveaux partenariats, estime Marc-André Sarault. « Il y a le Ottawa Blues Festival, le Festival de jazz de Montréal et le Festival d'été de Québec », fait-il remarquer.

Rappelons aussi que le changement de dates a été planifié de concert avec le festival Village en chanson de Petite-Vallée, qui a lieu en Gaspésie. À partir de l'an prochain, cette manifestation s'inscrira dans le prolongement des activités à Tadoussac, ce qui devrait susciter d'autres formes de synergie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer