Un 2$ pour faire une différence

L'artiste Audrey McLean invite la population à faire... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'artiste Audrey McLean invite la population à faire un don de 2$ afin de soutenir la banque alimentaire du Centre d'amitié autochtone du Saguenay.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Un don de 2$ pour faire une grande différence. Voilà ce que demande l'artiste Audrey McLean à la population régionale afin de soutenir la banque alimentaire du Centre d'amitié autochtone du Saguenay.

La jeune femme espère amasser une somme de 5 000$, que la Ville s'est engagée à doubler. Un montant qui permettra de venir en aide à plusieurs Autochtones installés à Saguenay.

Audrey McLean est récemment tombée sous le charme de la culture amérindienne. En constatant les besoins du Centre d'amitié autochtone du Saguenay, elle a voulu poser un geste pour faire une différence. Artiste, elle a mis sur pied le projet «De fil en aiguille», un projet d'art visuel réunissant Autochtones et non-Autochtones dont l'objectif consiste à amasser une somme de 10 000$. Un montant qui permettra de garnir la banque alimentaire du centre.

«Pour moi, c'est inconcevable qu'un être humain manque de nourriture», explique-t-elle simplement.

Pendant deux mois, l'artiste s'est rendue au centre de la rue Jacques-Cartier tous les jeudis après-midi. Elle y a animé des ateliers de peinture pour les gens qui fréquentent le centre ainsi que les employés. Deux grandes toiles ont été créées par l'équipe à partir des oeuvres réalisées lors des ateliers. «Les oeuvres ont été tissées ensemble. La courtepointe sert à exprimer la force de l'entraide et de tisser des liens les uns les autres», explique Audrey McLean.

«Ces courtepointes expriment qu'il nous est possible de rapiécer le présent et non le passé, créons des ponts, aujourd'hui et demain, pour trouver un sens au mot «entraide», de fil en aiguille», affirme-t-elle.

L'artiste s'est ensuite mise à la recherche de donateurs afin d'atteindre son objectif.

«Je me suis lancée sans nécessairement penser à la charge de travail que ça représente d'aller chercher des commanditaires», convient-elle.

Celle qui avait d'abord ciblé les entreprises a élargi la collecte à toute la population. L'artiste a initié une campagne de financement de 30 jours.

«Souvent, les entreprises n'ont pas les fonds pour subventionner le projet. Je demande 2$ par entreprise ou par personne. Si tout le monde fait sa part, ce sera facile d'atteindre l'objectif. J'ose croire en la bonté des gens. Je suis confiante et j'espère. Entoucas, j'aurai tout fait», estime-t-elle.

Audrey McLean a rencontré le maire Jean Tremblay, qui lui a promis son aide. «La Ville doublera le montant que j'amasserai jusqu'à concurrence de 5000$», explique celle qui espère amasser les 5000$ afin de remettre 10 000$ au centre.

Les gens ont jusqu'au début juin pour donner via la plateforme web haricot.ca.

Des contenants sont aussi placés dans différents commerces de la région, notamment au Café Cambio, au Merlin, au Bistro Café Summum, au Magasin général de La Baie et au restaurant Hopéra.

Les deux oeuvres d'art seront remises aux plus importants donateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer