Le big band de Lorraine Desmarais : de la musique partie des pieds

Lorraine Desmarais vient de lancer un deuxième album... (Photo courtoisie)

Agrandir

Lorraine Desmarais vient de lancer un deuxième album mettant en scène son big band. Il interprète des pièces faisant écho à son amour de la danse.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Tout est parti des pieds, pourrait-on dire. Des cours de tango suivis il y a quelques années ont fait naître une passion chez Lorraine Desmarais.

Pour l'assouvir, le commun des mortels aurait multiplié les visites à l'école de danse, mais la musicienne a emprunté un chemin différent.

«J'ai voulu écrire un tango pour mon big band. Ensuite, j'ai fait une milonga, puis une habanera, un reggae, un reel à la québécoise avec des influences irlandaises. J'ai même composé ce que j'appelle un ultra triple swing, une affaire pas dansable», a-t-elle raconté récemment, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès-Dimanche.

C'est ainsi qu'est né l'album Danses Danza Dances, son deuxième mettant en scène un big band. Ils sont 16 à prêter vie aux compositions de la pianiste, dont plusieurs grosses pointures de la scène québécoise. Chacun a droit à son solo, ce qui a constitué l'un des défis d'écriture relevés par Lorraine Desmarais.

«Je me suis gâtée en étant accompagnée par des musiciens aussi magnifiques, estime la pianiste. Ce sont des ''all stars'' et ils ont exécuté des solos époustouflants, des solos qui vont tellement bien avec les mélodies. Ce qui est intéressant, aussi, c'est le fait que 14 d'entre eux ont joué sur mon premier big band, en 2009.»

Étalée sur trois ans, l'écriture des pièces s'est effectuée en pointillé, au gré de l'inspiration. «D'habitude, je fais un plan en sachant quel style sera abordé et qui se chargera du solo, explique Lorraine Desmarais. Il reste ensuite à habiller ça section par section, mais parfois, la page reste blanche pendant un bon bout.»

Ce qui n'est pas plus simple, c'est de réunir tous ces musiciens au même endroit, en studio et en tournée. Concilier leurs agendas représente une performance en soi, mais la récompense est à l'avenant. Pour les artistes comme pour les amateurs de jazz.

«Un big band, c'est tellement puissant. C'est impressionnant, aussi, de voir les solistes de relancer la balle», affirme Lorraine Desmarais. L'une des rares sorties de sa formation aura lieu pas loin d'ici, soit au Domaine Forget de Saint-Irénée. On pourra le voir et surtout l'entendre le 25 juin.

Quant à une éventuelle visite au Saguenay-Lac-Saint-Jean, l'idée plaît à la pianiste. Elle serait particulièrement heureuse de recevoir une invitation du Festival jazz et blues de Saguenay. «Je viens d'y participer et l'accueil est toujours aussi chaleureux. Ce serait réaliste d'y présenter le big band», estime Lorraine Desmarais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer