Les soeurs Boulay mettent le feu aux planches

Les soeurs Boulay ont offert une prestation mémorable... (Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les soeurs Boulay ont offert une prestation mémorable devant une salle comble au Théâtre Banque Nationale.

Photo Le Progrès-dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux jeunes femmes ont fait vibrer le Théâtre Banque Nationale comme jamais, samedi soir. Les soeurs Boulay ont enchaîné les pièces à un rythme endiablé, enivrant des spectateurs conquis par le talent des deux Gaspésiennes.

«Allô Chicout», a lancé Mélanie, la cadette des deux soeurs, avec sa douce voix, après la deuxième chanson de la soirée. Accompagné de Gabriel, leur polyvalent musicien, le duo a offert une performance mélangeant à la fois rythme, émotion, humour et sincérité. D'allures réservées à première vue, les talentueuses soeurettes ont rapidement démontré de quel bois elles se chauffaient.

En ville pour présenter les pièces de leur dernier album, 4488 de l'Amour, les soeurs Boulay ont avoué être un peu anxieuses à l'idée de «jouer dans l'une des plus grosses salles de la tournée», de dire Stéphanie, l'aînée de la famille.

«On s'est fait dire que le deuxième album est toujours un peu plus périlleux, qu'il est moins parfait que le premier», a-t-elle ajouté, faisant un clin d'oeil à sa jeune soeurette.

En plus de pouvoir compter sur des voix mélodieuses, à la limite de la sensualité, on doit dire que le duo Boulay a le tour pour embarquer la foule. Parfois, on a même senti qu'on faisait partie de la famille, gracieuseté de quelques anecdotes tout aussi savoureuses les unes que les autres. À voir le fou rire de la plus jeune lorsque sa grande soeur racontait une tranche de vie, fort à parier qu'elles étaient authentiques!

Côté talents musicaux, Mélanie et Stéphanie ne sont pas piquées des vers non plus. La première était en symbiose avec sa guitare turquoise ou sa mini guitare sèche, tandis que la seconde gratouillait sa guitare avec une aisance naturelle, en plus d'offrir une remarquable performance remplie de douceur au piano.

Un des moments forts de la soirée -et ce ne fut pas le seul- est survenu lorsque Mélanie a interprété, en solo, la pièce Ôte-moi mon linge. Les spectateurs ont alors uni leurs voix à celle de la brunette, ce qu'elle a semblé apprécier.

Un invité-surprise

Le feu d'artifice de cette trop courte soirée a explosé de façon un peu inattendue. Un spectateur, André de son prénom, a été appelé sur scène par les deux jeunes dames. Invité à exécuter un solo de pipeau, rien de moins, il a plutôt séduit tout le monde avec ses pas de danse. Le hic, lorsqu'est venu le moment de souffler dans son instrument, le monsieur n'avait plus suffisamment d'air pour s'exécuter...

Au début de la veillée, l'homme avait lancé une boutade lors de la première intervention des soeurs, devenant en quelque sorte devenu le souffre-douleur de Mélanie. Ça s'est plutôt transformé en histoire d'amour.

La prestation s'est officieusement terminée avec le succès Fais-moi un show boucane, mais en raison de l'acclamation nourrie des spectateurs, deux rappels ont suivi.

Parions que les soeurs Boulay, originaires de New Richmond en Gaspésie, ont apprécié leur passage au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Vous êtes exceptionnels et fidèles à votre réputation», a louangé Stéphanie Boulay, visiblement touchée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer