Le déclin, vu par Vicky Côté

Vicky Côté est l'unique interprète de la pièce... (Photo courtoisie)

Agrandir

Vicky Côté est l'unique interprète de la pièce Le Déclin des soleils de glace, dont trois représentations seront données cette semaine, à la Salle Murdock du Centre des arts et de la culture de Chicoutimi.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Six ans après sa création, Le Déclin des soleils de glace revient à la Salle Murdock de Chicoutimi. La pièce conçue et interprétée par Vicky Côté, du Théâtre À Bout Portant, y sera présentée du 21 au 23 janvier, à 20h. Pendant une heure, elle plongera les spectateurs dans l'univers d'une femme dont la vie est réglée au millimètre près.

«Elle a une routine parfaite qui englobe les repas, le sport, l'écoute de la télévision. Le problème est qu'à un moment donné, son système se défait parce que le physique ne suit plus. Le personnage a de la misère à bouger, à se déplacer», a relaté l'auteure et comédienne il y a quelques jours, à l'occasion d'une entrevue accordée au journal.

Pour montrer à quel point la vie de cette femme est codifiée, l'interprète manipule plein de mécanismes qui sont jolis à voir et souvent ingénieux (Serge Potvin en a assuré la conception). On rit parfois en les voyant fonctionner, du moins dans la première partie de la pièce, alors que tout va pour le mieux.

«C'est une belle réflexion sur un phénomène qui touche tous les gens, puisqu'il se rapporte à leur vie personnelle. J'ai été accrochée par son côté comique, de même que le côté pathétique. Parce qu'à travers la routine, on va chercher du réconfort, quitte à s'empêcher de rêver», énonce Vicky Côté.

Travail de précision

La décision de reprendre Le Déclin des soleils de glace, plutôt qu'une autre des six productions créées par le Théâtre À Bout Portant, tient à la demande exprimée par des amateurs de théâtre. Il faut dire que malgré ses qualités, l'oeuvre a été peu jouée dans la région.

«Après les représentations données à la Salle Murdock, je l'ai présentée à Péribonka, à l'Auberge Île du Repos, précise Vicky Côté. C'est un spectacle qui demande beaucoup de précision de la part de l'interprète, puisqu'il y a plein de choses à manipuler.»

Elle a profité d'une fenêtre dans son agenda pour planifier cette reprise. Ensuite, la comédienne amorcera une phase d'écriture qui sera interrompue par un séjour à Montréal. Ce sera l'occasion de défendre une autre de ses productions, Strict minimum, à la faveur d'un séjour à la Maison Théâtre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer