De la littérature rock and roll

Denis Quenneville est comme une machine à voyager dans le temps. Parfois, il... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Denis Quenneville est comme une machine à voyager dans le temps. Parfois, il raconte des histoires qui fleurent bon les années 1960, sur fond de musique yéyé jouée dans des salles paroissiales du Saguenay. Il lui arrive aussi d'imaginer des scénarios plus actuels et pas mal fous, comme la fois où Madonna s'est égarée au Lac-Saint-Jean.

C'est le genre de choses qu'on retrouve dans son troisième ouvrage, un recueil intitulé Nouvelles du rock and roll et autres futilités. Publié à compte d'auteur (on commande à l'adresse quenneville.denis@bell.net), il est disponible depuis la mi-décembre et constitue le tome III de la série Chroniques québécoises.

Les deux premiers opus, Et ta soeur et Ataxie blues, avaient pour cadres les villes de Chicoutimi et Rimouski. Cette fois, l'auteur se promène dans tout le Québec au fil de textes parfois très courts et qui, dans la grande majorité des cas, sont nourris par son amour de la musique.

«J'ai opté pour la nouvelle parce que la plupart des textes dormaient dans mes tiroirs. Quant à la musique, c'est un prétexte pour inventer une histoire qui, à la fin, comporte toujours une morale», a décrit l'auteur au cours d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

Denis Quenneville revient avec un recueil de nouvelles... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Denis Quenneville revient avec un recueil de nouvelles dont plusieurs histoires se déroulent dans la région. Il s'agit du troisième volet de ses Chroniques québécoises.

Photo courtoisie

Denis Quenneville est comme une machine à voyager dans le... (Photo courtoisie) - image 2.1

Agrandir

Photo courtoisie

Leçon de modestie

Le livre s'ouvre sur L'amour au temps du rock and roll, une histoire campée à Saint-Hyacinthe, mais qui ramène Denis Quenneville dans ses jeunes années au Saguenay. Il est question d'un chanteur yéyé qui se trouve pas mal bon jusqu'au moment où il entend jouer un guitariste, le frère d'une fille à qui le bellâtre a fait de l'oeil.

«Le gars réalise que ce musicien est bien meilleur que ceux qui l'accompagnent», mentionne l'auteur. Lui qui se voyait comme le King de Saint-Hyacinthe comprend que sa fusée ne vole pas très haut. Il reçoit cinq sur cinq cette leçon de modestie.

Un autre texte, Ma Dina, présente une chanteuse pop sous un jour vulnérable. Cet avatar de Madonna fait la rencontre d'un garagiste du Lac-Saint-Jean, écoute du Harmonium chez lui, s'intéresse à sa vie pourtant dénuée de glamour, avant de reprendre le fil de sa carrière.

«J'ai vécu à Dolbeau-Mistassini et je trouve que cet endroit cadrait bien avec l'histoire, qui se déroule à notre époque. Elle est plus plausible qu'on pourrait le croire», laisse entendre Denis Quenneville. Loin d'être arrivé au bout de ses idées, il mitonne trois autres projets qui verront le jour dans les prochaines années.

«L'un des livres se déroulera à Dolbeau-Mistassini. Je veux aussi produire une fiction qui aura lieu dans un milieu très catholique, en plus d'un texte mettant en scène une fille du Lac-Saint-Jean qui étudie à Québec, où elle devient l'amie d'un animateur. Ce sera une satire de la radio-poubelle», annonce le romancier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer