Le tour du monde avec le ciné-club

Le fils de Saul (7 mars) est un... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le fils de Saul (7 mars) est un film hongrois qui a reçu le grand prix à Cannes en 2015.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

La 39e programmation du Ciné-Club de Chicoutimi s'inscrit comme un grand voyage cet hiver alors que les films proposés proviennent de cinéastes de partout dans le monde. «Nous avons des films de l'Allemagne, d'Israël, de la Suisse, de la Croatie, de la Serbie, de la Hongrie, de l'Irlande, de la Turquie, de la France, du Québec et d'ailleurs au Canada. Les cinéphiles sont conviés à un véritable tour du monde», indique Richard Boivin responsable de la programmation.

Certains des films présentés ont été primés ou présentés dans les grands festivals de ce monde comme Cannes, Toronto, Locarno et autres. «Parmi les 13 films présentés, nous aurons Le fils de Saul (7 mars). C'est un film hongrois qui a reçu le grand prix à Cannes en 2015 (en nomination pour meilleur film en langue étrangère, Golden Globes 2016) et ça a l'air que ça fait mal. C'est un film qui va bouleverser. L'homme, un juif, travaille pour les Allemands à Auschwitz et découvre le cadavre de son fils dans les cendres. Il décide de lui offrir une sépulture. C'est une grande charge émotionnelle», confie Richard Boivin.

Parmi les coups de coeur du programmateur, le film Room: Le Monde de Jack (Canada - Irlande, drame de Lenny Abrahamson adapté du roman d'Emma Donoghue) est un film à ne pas manquer.

Room... - image 2.0

Agrandir

Room

«Jack est un petit garçon qui a été enlevé et dont le monde se limite à la chambre dans laquelle il vit depuis toujours avec sa mère. Il ne sait pas qu'il y a un monde extérieur et il ne comprend pas quand on tente de lui expliquer, c'est capoté», résume Richard Boivin qui se réjouit de la programmation à venir. Le film a remporté le prix du public au Festival international de Toronto l'an dernier.

«Nos choix ne sont pas le fruit du hasard. C'est savant un équilibre entre les films disponibles, les bons commentaires, les films attendus et les bons conseils des gens de notre entourage. On travaille avec l'Association des cinémas parallèles et ces gens voient presque tous les films qu'ils distribuent. Ils sont en mesure de nous donner un avis le plus réel possible de la qualité des films et on essaie de choisir le haut du panier», explique Richard Boivin précisant que le sondage réalisé auprès des fidèles du ciné-club influence énormément le choix des films.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer