Danse de culture: trois chorégraphes boursières

L'artiste Maryline Renaud a pu engager, grâce à... (Photo courtoisie)

Agrandir

L'artiste Maryline Renaud a pu engager, grâce à sa bourse, une comédienne et une danseuse professionnelles pour son projet présenté durant l'évènement laboratoire.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le groupe de compétence «Danse» de Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean désire rendre le milieu régional propice à la création pour les jeunes, qui profitent d'un réseau d'écoles épanoui, mais qui manquent d'opportunités en région une fois leur formation terminée. Déjà, trois chorégraphes ont reçu une bourse de 1000$ chacune grâce au nouveau programme Laboratoire en danse, qui sera financé pour au moins trois ans.

«On veut stimuler la création, résume la porte-parole du groupe Marilyne Renaud. Il y a beaucoup d'écoles, mais après il n'y a pas beaucoup de possibilités pour que les jeunes développent leur propre personnalité. On espère leur donner envie de rester.»

L'évènement laboratoire permet aux chorégraphes, sélectionnées par appels de projets, de présenter leur travail à un public, d'élaborer leur démarche, de rencontrer d'autres artistes et de profiter d'un soutien financier. Leur bourse peut servir à engager des danseurs professionnels, à louer un espace de répétition ou à concevoir des accessoires. «Le fait d'avoir des sous associés au processus, ça donne de la crédibilité aux danseurs et ça reconnaît leur professionnalisme», souligne Marilyne Renaud.

Culture SLSJ a organisé des évènements pilotes dans les deux dernières années, qui ont été un succès. Cela a permis de négocier une entente de développement avec Saguenay et le ministère de la Culture et des Communications, à raison de deux laboratoires par année durant trois ans. Le dernier a eu lieu le 27 novembre dans les installations de l'école Florence Fourcaudot.

Près de 100 personnes de tous les milieux y ont assisté, ce qui favorise la médiation culturelle et la compréhension de la danse. «Pour un public, c'est super intéressant de pouvoir assister aux premières recherches d'une production et d'avoir une proximité avec les artistes. De même, si ces derniers peuvent faire leurs premiers pas ici, il y a plus de chances que le projet se développe totalement ici [au lieu de Montréal, par exemple]», poursuit la porte-parole.

Marilyne Renaud faisait elle-même partie des créatrices choisies pour son projet d'exploration de l'identité, à travers la danse contemporaine et le théâtre de mouvement. «J'avais envie de mettre les mots de côté pour exprimer d'autres sensations», explique celle qui est aussi comédienne et slameuse. Les deux autres chorégraphies de Roselle Simard et Sophie Larouche exploitaient le mélange du ballet et du contemporain, mais avec des thèmes différents.

Y aura-t-il une suite aux projets présentés? «C'est sûr que ça confirme des choses et que ça donne le goût de continuer de chercher. C'est une première étape, il y en aura plusieurs, et peut-être que la dernière sera un spectacle complet», indique l'artiste.

Le prochain appel de candidatures se tiendra vers février, pour une présentation publique aux alentours d'avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer