Une cathédrale pleine de lumière

Comme le montre cette photographie captée lors d'une... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Comme le montre cette photographie captée lors d'une précédente édition, la cathédrale de Chicoutimi est présentée sous un jour différent à l'occasion de La Féérie de Noël.

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Tel un Quasimodo, Louis Wauthier passera la nuit de vendredi à samedi dans la cathédrale de Chicoutimi. Accompagné d'un éclairagiste de la firme LSM, le metteur en scène de La Féérie de Noël profitera de cette plage de sérénité pour planifier l'enrobage visuel de chacune des pièces qui seront interprétées à compter de 20h, le 19 décembre.

Louis Wauthier prendra toute une nuit pour concocter... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Louis Wauthier prendra toute une nuit pour concocter les éclairages propres à chacune des pièces qui seront interprétées le 19 décembre, à la cathédrale de Chicoutimi.

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Rappelons que ce concert a pour but d'aider la Fabrique Saint-François-Xavier à assumer son mandat, ce qui comprend la préservation du bâtiment. Patrick Norman, Michaël et Sabrina Ferland chanteront aux côtés du Choeur Euphonie, dirigé par Micheline Hamel. Le conteur Éric Michaud et la violoncelliste Marie-Pier Simard-Gagnon apporteront aussi leur concours.

Ce rendez-vous fait maintenant partie des traditions au Saguenay, à l'approche des Fêtes. On y accueille plus de 1000 personnes à chaque édition et l'une des sources d'émerveillement tient aux éclairages concoctés par Louis Wauthier. Ils mettent en valeur la richesse architecturale de la cathédrale, tout en se moulant au programme musical.

«Je vais chercher des détails: les colonnes, les murs, le ciborium, les fresques représentant des anges. Pour ce faire, je dispose de 80 lampes et comme plusieurs sont mobiles, j'ai la possibilité de créer du mouvement», a raconté le metteur en scène mercredi, au cours d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.

Soucieux de renouveler le concept, il prend le temps de s'asseoir dans la cathédrale à différents endroits, de laisser travailler son regard, son imagination, afin d'identifier les pistes qui n'ont pas encore été exploitées. La différence, cette année, est qu'une première répétition aura eu lieu dans la journée de vendredi, au lieu du samedi.

«Tous les artistes seront présents, sauf Patrick Norman. J'aurai donc vu et entendu la plupart des interprètes avant de construire des éclairages reflétant les émotions véhiculées par chacune des pièces qui seront livrées. Ce sera encore plus le ''fun''», anticipe Louis Wauthier.

Recréer les Noëls d'antan

Fidèle au principe voulant qu'un spectacle doit commencer sur les chapeaux de roues, La Féérie de Noël mobilisera tous les artistes afin de proposer une version émouvante de Sainte nuit. L'idée, comme à toutes les années, consiste à plonger le public dans l'atmosphère des Noëls d'antan.

«Moi-même, je chéris le souvenir des cérémonies auxquelles j'ai assisté quand j'étais tout petit, en compagnie de mes grands-parents qui vivaient à quelques rues de la cathédrale. Ils possédaient leur propre banc», fait remarquer Louis Wauthier.

C'est en gardant ces images en tête qu'il planifie le concert en sélectionnant les pièces qui correspondent le mieux à sa vision. Viennent ensuite les échanges avec Sabrina Ferland qui, en plus de chanter, opère une boîte de production à Québec. Elle sait quels artistes seront disponibles en décembre.

Cette année, le nombre de participants est relativement élevé, ce qui favorisera les maillages de talents. C'est ainsi que Sabrina Ferland s'associera à Marie-Pier Simard-Gagnon pour interpréter l'Ave Maria de Caccini et que plusieurs chanteurs effectueront des duos.

«Même si Patrick Norman sera présent, il ne s'agira pas d'un Noël country à proprement parler. Cet homme qui possède tellement de talent, dont les harmonies sont magnifiques, m'apparaît davantage comme un troubadour. C'est d'ailleurs lui qui ouvrira la deuxième partie du concert avec Dernier amour de ma jeunesse», indique Louis Wauthier.

Encore des billets

Bien que la vente des billets aille bon train, il précise qu'on en trouvera sans difficulté à la porte. Leur coût est de 50$ l'unité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer