Zoom photo festival: l'art de montrer la réalité

La photojournaliste Virginie Nguyen Hoang, originaire de Bruxelles,... (Photo Virginie Nguyen Hoang)

Agrandir

La photojournaliste Virginie Nguyen Hoang, originaire de Bruxelles, a réalisé plusieurs reportages en Syrie, en Égypte, en Turquie, en Libye, au Vietnam, aux Philippines, en Ukraine et, dernièrement, à Gaza dans un photoreportage intitulé Gaza, les séquelles qui est présenté à la Galerie la Corniche de la rue Racine à Chicoutimi.

Photo Virginie Nguyen Hoang

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Saguenay vivra au rythme de l'image jusqu'au 29 novembre dans le cadre de la sixième édition de Zoom photo festival de Saguenay qui présente pas moins de 16 expositions de photos dans sept lieux de diffusion.

Vous y verrez des drames humains, des révoltes, de la violence, des épidémies, des conflits, des créations artistiques, de belles histoires de vie, des photos audacieuses, des paysages, des gens, des cataclysmes, des survivants, des maladies, des guérisons, du sport et aussi la prestigieuse exposition du World Press Photo.

«La première année quand nous sommes allés à Visa pour l'Image, le plus grand festival international de photojournalisme, qui a lieu tous les ans à Perpignan, en France, il y a une personne qui est venue nous rencontrer pour nous montrer ses photos qu'il souhaitait exposer à Saguenay. Cet automne, j'ai passé la majorité de mes journées là-bas à rencontrer des photographes qui veulent venir exposer ici. Nous sommes le seul festival de photojournalisme au Canada et pour plusieurs c'est une porte d'entrée en Amérique», explique Michel Tremblay, directeur de l'événement.

«Nous voulons que l'événement rayonne partout dans le monde, nous réalisons des choses ici qui voyagent à l'extérieur de la région. C'est un événement qui se construit avec des contacts humains. Les réseaux sociaux nous permettent de demeurer en contact, mais c'est en rencontrant des gens qui nous font rencontrer des gens que nous réussissons à monter un événement comme le nôtre», de dire Michel Tremblay qui considère que la présente édition s'inscrit dans la continuité.

Comme c'est le cas pour de nombreux événements, la planification de Zoom photo Festival est tributaire des ressources financières. «Quand on choisit un projet pour exposer à Saguenay on s'engage à payer les frais de déplacement des photographes, de les héberger, de les nourrir et d'assumer les frais d'impression des photos. Les coûts nous limitent dans le choix de certaines expositions, dont quelques-unes très réputées et très coûteuses. On les voudrait toutes, mais on doit faire une sélection», indique le photographe en glissant dans la conversation que le festival photo de Perpignan compte sur un budget de 1,5 million d'euros pour présenter 29 expositions. Le Zoom photo festival de Saguenay jouit d'un budget de près de 100 000 $.

Gaza, les séquelles

La photojournaliste Virginie Nguyen Hoang, originaire de Bruxelles, a réalisé plusieurs reportages en Syrie, en Égypte, en Turquie, en Libye, au Vietnam, aux Philippines, en Ukraine et, dernièrement, à Gaza dans un photoreportage intitulé Gaza, les séquelles qui est présenté à la Galerie la Corniche de la rue Racine à Chicoutimi. La dernière guerre à Gaza lors de l'opération israélienne Bordure protectrice a fait 2205 victimes palestiniennes et 71 du côté israélien, dont 66 soldats. Les photos de Virginie Nguyen Hoang racontent l'histoire de quatre familles différentes qui ont perdu leur maison pendant cette guerre de 2014. Sur la photo, dans la ville de Beit Hanoun: Abdel Abu Ouda, frère de Shady, et son fils se reposent dans le salon de leur maison à moitie détruite lors des bombardements de l'été 2014.

#dysturb dans les rues... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

#dysturb dans les rues

Photo courtoisie

#Dysturb dans les rues

Le projet #Dysturb est une communauté désirant rendre le photojournalisme accessible au plus grand nombre, en collant des affiches géantes dans la rue. Les membres Laurence Cornet et Benjamin ont procédé à l'accrochage de photos sur différents murs de Saguenay pour remplir l'espace public d'images à taille humaine pour offrir une visibilité au photojournalisme. Sur cette photo de Catalina Martin Chico, collée près de la station Parmentier à Paris, on aperçoit de jeunes femmes au Luna Park de Sana'a, au Yémen.

L'épicentre Barpak au Népal... (Photo courtoisie) - image 4.0

Agrandir

L'épicentre Barpak au Népal

Photo courtoisie

L'épicentre Barpak au Népal

Le photojournaliste indépendant Renaud Philippe de Québec a travaillé dans plusieurs pays sur les thèmes de l'exclusion, de l'exil, le drame de ceux qui ont dû tout quitter. L'exposition Barpak présentée à La Pulperie porte le nom de la région de l'épicentre du tremblement de terre du 25 avril 2015 au Népal qui a causé la mort de 8000 personnes dans cette région complètement isolée. Sur la photo, la montagne Bauda Himal veille sur le village et souffle sa brise. Dessous, Barpak est une grande épave submergée par les pierres.

Trois conflits d'Afrique... (Photo courtoisie) - image 5.0

Agrandir

Trois conflits d'Afrique

Photo courtoisie

Trois conflits d'Afrique

Présenté au Hangar de la Zone portuaire de Chicoutimi, le photoreportage de Jérôme Delay (deux fois finaliste pour le prix Pulitzer) intitulé Mali, Centrafrique et Burundi, trois ans, trois pays, trois conflits témoignent des violences politiques qui se comptent par centaine dans de nombreuses régions de l'Afrique. Sur cette photo (qui illustre aussi la première page du programme de Zoom photo festival) prise à Bujumbura, au Burundi, le 21 juillet 2015 montre des observateurs électoraux assis dans un bureau de vote lors des élections présidentielles. Des tireurs et des explosions ont frappé la capitale causant plus de 100 morts. Plus de 144 000 personnes ont fui le pays depuis que le parti au pouvoir a annoncé en avril la candidature du président Pierre Nkurunziza.

Mère avant d'être femme... (Photo courtoisie) - image 6.0

Agrandir

Mère avant d'être femme

Photo courtoisie

Mère avant d'être femme

Au Nord-Kivu, province de la République démocratique du Congo, le quart des filles de 15 à 19 ans ont déjà donné la vie, des grossesses dues aux viols de guerre, aux relations forcées ou prémaritales. La photojournaliste Leonora Baumann, qui vient de compléter des études en photographie documentaires, présente son exposition Mères avant d'être femmes au Hangar de la Zone portuaire. Sur cette photo prise à la maison Marguerite en mai 2014 à Goma, Rose, 16 ans, pose avec son bébé Hortense âgé de deux mois et demi. Orpheline de père, elle s'est disputée avec son beau-père et a fugué de sa famille à 14 ans pour rejoindre un groupe armé dans le Massisi. Ex-enfant-soldat, démobilisée par la Monusco deux ans plus tard, elle a été confiée à la maison Marguerite alors qu'elle était enceinte. Elle y a suivi une formation de coiffure en 2013/2014 puis a été réunifiée avec sa famille.

À mon corps défendant... (Photo courtoisie) - image 7.0

Agrandir

À mon corps défendant

Photo courtoisie

À mon corps défendant

Exposé à La Pulperie de Chicoutimi, le photoreportage À mon corps défendant de Jérôme Deya se veut un hymne au corps «différent», parfois considéré comme dérangeant, mais qui exprime sa sensualité, ses émotions. La sexualité des personnes handicapées est tabou et les personnes photographiées dans ce photoreportage osent s'afficher pour défendre une cause universelle : l'amour. Sur cette photo, Aurélie et Mickaël fréquentent le même établissement d'Aide par le travail dans le Loir-et-Cher. «C'est là que nous nous sommes rencontrés, il y a huit ans. Malgré mon handicap, je souffre de la maladie des os de verre, je suis plutôt autonome au quotidien. Mais dans l'intimité Aurélie doit être très douce vis-à-vis de moi. Or, à cause de son infirmité motrice cérébrale, elle peut avoir des difficultés à contrôler ses mouvements, surtout sous le coup de l'émotion. Cet apprentissage commun du handicap de l'autre fait peut-être notre force; nous discutons beaucoup et nous sommes capables de faire des concessions», a témoigné Mickaël au photojournaliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer