Stéphanie Gervais

Des livres qui servent d'outils

L'auteure Stéphanie Gervais de Jonquière a rédigé une... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

L'auteure Stéphanie Gervais de Jonquière a rédigé une série de 14 livrets en littératie pour le premier cycle du primaire, publiés aux Éditions Grand-Duc.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

L'auteure de littérature pour enfant Stéphanie Gervais, de Jonquière, vient de terminer une série de 14 livrets en littératie pour le premier cycle du primaire, publiés aux Éditions Grand Duc et qui sont disponibles en version papier et numérique.

«La littératie c'est un terme utilisé pour qualifier des textes jeunesses dans un cadre pédagogique pour l'apprentissage de la lecture. Le contenu est rédigé avec des phrases courtes, des mots simples, par thème, selon les différents programmes scolaires», raconte l'auteure de 31 ans et mère de trois enfants.

Stéphanie Gervais travaille comme enseignante au secondaire en science et technologie à la commission scolaire de la Jonquière en plus d'être une auteure passionnée par la lecture et la littérature. Elle a publié à ce jour 23 ouvrages de nature différente.

«Mes premières publications ont vu le jour aux éditions de l'Envolée en 2010. Il s'agit de quatre documents de matériel reproductible en science et technologie destinés aux élèves du secondaire. Après avoir envoyé une candidature spontanée aux éditions Grand Duc, ces derniers m'ont confié la rédaction de quatre cahiers d'activités en science et technologie pour les élèves du troisième cycle du primaire ainsi que ceux du premier cycle du secondaire», raconte-t-elle lors d'une entrevue téléphonique à partir de sa résidence.

«L'an dernier, 5000 élèves avaient mes cahiers pédagogiques entre les mains dans le cadre de leur cours. Mon expérience sur le terrain m'est très utile pour la rédaction de ces cahiers », met en relief l'auteure qui adore ce travail qu'elle accomplit souvent tard en soirée quand les enfants dorment.

Les histoires racontées dans les 14 livrets qu'elle vient de terminer sortent de son imagination, mais passent par plusieurs filtres avant de se retrouver chez l'imprimeur. «Nous avons beaucoup de contraintes, car il y a beaucoup d'intervenants qui analysent le contenu, le choix des mots, le choix des phrases, relié aux programmes des enseignants utilisés en classe, des mots de vocabulaire de la liste du ministère de l'Éducation, la difficulté des mots employés, les syllabes, etc.», détaille la rédactrice.

Il y a beaucoup de recherche derrière chaque livret. «Chaque livre compte environ 18 pages, ça semble petit, mais il y a beaucoup de travail derrière chaque publication. Nous sommes une grosse équipe: il y a des éditeurs, des réviseurs, des consultantes, des coordonnatrices à l'édition et divers spécialistes qui repassent sur le travail tout au long du processus de création», explique celle qui dirige également tout le volet illustration des documents pédagogiques.

L'enseignant a travaillé un bon neuf mois sur ce projet qui nécessite beaucoup de révision. Ce n'est pas comme un roman jeunesse, tout est vérifié pour une qualité maximale, il y a beaucoup de changements avant de le publier. Les technologies informatiques comme l'Internet me permettent de travailler à partir de Jonquière sans avoir à me déplacer dans les grands centres», indique celle qui n'a jamais rencontré son éditrice.

Ces 14 livrets, qui font partie d'une série de 24, seront dans les écoles primaires dès la rentrée scolaire pour faciliter l'apprentissage de la lecture chez les jeunes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer