Les voix à l'honneur lors de la série d'été

Un rappel à l'orgue

Céline Fortin annonce que les concerts d'orgue reviendront... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Céline Fortin annonce que les concerts d'orgue reviendront le 30 juin, à la cathédrale de Chicoutimi. Ce qui distingue cette fournée est le fait que chaque programme mettra l'art vocal à l'honneur, au même titre que l'orgue.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Ce n'était pas planifié, mais ça adonne bien, estime la responsable des concerts d'orgue à la cathédrale de Chicoutimi, Céline Fortin. Pour la première fois depuis sa création, il y a un quart de siècle, cette série mettra la voix à l'honneur dans chacun des cinq programmes offerts à compter du 30 juin.

Les organistes invités à jouer sur le Casavant de l'église sont souvent accompagnés par d'autres interprètes. Il s'est trouvé que cette année, le choix de ceux-ci a porté sur des chanteurs ou chanteuses. Cette séquence exceptionnelle sera lancée par le Choeur de la cathédrale, de retour après s'être accordé une pause en 2014.

«C'est un peu une tradition et cette fois, le programme comprend de la musique sacrée, de très belles choses que tout le monde sera en mesure d'apprécier. Les choristes ont du mérite, puisqu'ils chantent déjà tous les dimanches, à la messe. Ce concert sollicitera une autre énergie», souligne Céline Fortin, qui proposera également des pièces d'orgue en solo.

Le deuxième rendez-vous de la saison, prévu pour le 7 juillet, mettra en vedette l'organiste Gabrielle Tessier et la soprano Sophie De Cruz. Dans les deux cas, il s'agira d'une première visite à la cathédrale et le contenu s'annonce éclectique.

«On entendra une pièce magnifique, le Laudate dominum de Mozart. Les gens aimeront également les deux compositions de Lefébure-Wély qui figurent au programme (Choeur de voix humaines et Sortie en mi bémol). Ses oeuvres ont un côté fantaisiste», indique Céline Fortin.

Deux visites en deux semaines

La série 2015 se poursuivra le 14 juillet, cette fois sous la gouverne de Régis Rousseau. L'ancien directeur du Conservatoire de musique de Saguenay, qui réside désormais à Québec, se pointera en compagnie d'un quatuor vocal dont lui-même fait partie.

De Saint-Saëns à Jehan Alain, en passant par Fauré et Lionel Daunais, les interprètes aborderont un répertoire relativement récent, si on fait abstraction de trois chansons à l'origine très lointaine. Le musicien jouera à l'orgue de tribune, mais aussi à l'orgue de choeur, aux côtés de ses camarades.

Rappelant que les concerts sont retransmis sur un écran géant (en passant, tous sont gratuits et débutent à 20h), Céline Fortin attire l'attention sur une oeuvre de Denis Bédard, Trois esquisses pour pédalier solo, offerte juste avant la pause. «C'est agréable à voir parce que l'organiste n'utilise que le pédalier», fait-elle observer.

Une semaine plus tard, l'un des membres du quatuor vocal qui appuiera Régis Rousseau, le baryton Sylvain Barrette, retournera à la cathédrale. Cette fois, c'est à l'orgue qu'on appréciera ses qualités d'interprète, alors qu'il sera flanqué du baryton-basse Michel Cervant.

Au menu, entre autres, il y aura quelques pièces de Haendel, la Pavane de Fauré, le Nessun Dorma de Puccini et un air de Carmen, sans parler des chansons traditionnelles O Danny Boy et Ol' Man River. Comme le souhaitait Céline Fortin, on a intégré des compositions faciles à aimer, qui ont aussi l'avantage de toucher une large palette de styles musicaux.

L'ultime rendez-vous, lui, aura lieu un lundi, à titre exceptionnel. C'est pour éviter de chevaucher le Festival international des Rythmes du monde, qui ouvrira le 28 juillet. La soprano Hélène Guilmette, qui mène une carrière internationale, chantera avec une figure familière, l'organiste Robert Patrick Girard.

«On ne connaît pas encore le programme, mais on est chanceux de recevoir une artiste comme Hélène Guilmette. Quant à Robert Patrick Girard, c'est notre ancien professeur au Conservatoire de musique de Saguenay. Si l'orgue marche bien dans la région, c'est beaucoup grâce à lui», rappelle Céline Fortin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer