J'entends siffler le train

Un nouveau disque pour Tony et Marilyne Cash

Tony et Marilyne Cash lanceront leur nouvel album... ((Courtoisie))

Agrandir

Tony et Marilyne Cash lanceront leur nouvel album le 14 juin, à Chambord. Cet enregistrement comprend des classiques country d'ici et d'ailleurs.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Tony Chenail n'est pas du genre à passer ses journées devant la télé, même dans le contexte d'une convalescence. Lui qui avait fait débloquer ses artères en septembre, dans les jours suivant sa participation du Festival de Saint-Tite, a profité de l'hiver pour enregistrer le septième album de sa carrière, J'entends siffler le train.

Le CD, qui sera lancé le 14 juin à 13h, à l'Auberge de la gare de Chambord (c'est gratuit et ouvert à tous), est identifié à Tony et Marilyne Cash. C'est sous ce nom que le chanteur et sa compagne, Marilyne Gagné, se sont fait connaître des amateurs de country du Québec. Ils poursuivent cette relation en offrant des classiques chers à leur coeur.

«Une partie de l'album rend hommage à nos ancêtres qui ont fait du country. Il y a la pièce Tu n'as pas de coeur de Julie Daraiche, Va au bout de tes rêves de Georges Hamel, de même qu'Une rose faite de papier des frères Bobby et Terry Hachey», a mentionné Tony Chenail au cours d'une entrevue téléphonique accordée au journal, il y a quelques jours

Preuve que le country colle à la vraie vie, il évoque l'origine d'Une rose faite de papier, qui est on ne peut plus dramatique. «Bobby m'a raconté qu'il avait écrit ce texte après avoir appris qu'une vendeuse de fleurs rencontrée la veille, dans un hôtel de l'Abitibi, était morte dans la nuit», note le chanteur qui, depuis huit ans, vit à Lac-Bouchette.

Un produit maison

Le versant anglophone de l'album comprend des pièces comme Jackson, popularisée par Johnny Cash et June Carter, du Merle Haggard, ainsi qu'un succès de Carlene Carter, Every Little Thing. C'est toutefois un vétéran de la chanson française, Richard Anthony, qui lui a donné son titre, J'entends siffler le train.

«L'enregistrement a été effectué dans mon studio, qui se trouve à l'intérieur de ma résidence. Moi et Marilyne, nous avons tout fait là-dessus. Nous chantons et nous jouons du piano, de la guitare et des percussions», fait remarquer Tony Chenail.

Prudent, il a réduit le nombre de ses apparitions dans les derniers mois, histoire de laisser son coeur reprendre du tonus. Il y a eu une sortie en mars, dans sa ville natale de Valleyfield, mais pas grand-chose d'autre. Le vrai retour coïncidera avec le lancement du disque.

«Un jour plus tôt, soit le 13 juin, on va jouer à Saint-Augustin, au festival La Note en Folie. Parmi les choses qui sont confirmées, il y a également une participation au Festival country de Chambord et mon retour à Saint-Tite à la mi-septembre. On procède avec modération, mais déjà, ça va mieux. Je viens à bout de m'accommoder», confie le chanteur.

dcote@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer