Lancement d'un livre sur le sculpteur Léon Bouchard

Hommage d'un fils à son père

Martin Bouchard mettra le point final à un... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Martin Bouchard mettra le point final à un projet amorcé il y a sept ou huit ans, soit la production d'un livre consacré à l'oeuvre de son père. Il rend hommage au travail accompli par Léon Bouchard en tant que sculpteur.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

À défaut de tailler la pierre, Martin Bouchard a trouvé dans l'écriture un moyen d'immortaliser l'oeuvre de son père. Le Jeannois vient de produire un livre somptueux, Léon Bouchard, sculpteur du Lac-Saint-Jean, qui montre comment l'artiste qu'on disait naïf a articulé une vision du monde se voulant à la fois originale et cohérente.

«C'est un cadeau que je lui fais, en même temps qu'à ma mère Rita Privé qui est toujours parmi nous. Je m'adresse aussi à la descendance de Léon, y compris celle à venir. Elle pourra ainsi découvrir ce qu'il a accompli», a énoncé l'auteur il y a quelques jours, lors d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.

L'essentiel de la production de Léon Bouchard a été produit en l'espace de 25 ans, ce qui comprend 270 sculptures en bois, en pierre et en béton, dont plusieurs ont abouti à son chalet de Sainte-Hedwidge baptisé Au Petit Bonheur. L'homme est demeuré actif jusqu'en 2009, soit trois ans avant son décès à l'âge vénérable de 91 ans.

Pour rendre justice à ce parcours singulier, Martin Bouchard s'est d'abord transformé en archiviste. Il a monté une fiche pour chacune des oeuvres de son père, incluant des photographies, des renseignements touchant les matériaux, la démarche artistique, ainsi que le mode de fabrication.

«En 2000, j'ai aussi parcouru les sentiers avec mon père, tout en l'enregistrant. On a parlé de tout ce qu'il avait fait», raconte l'auteur. En ajoutant les informations puisées dans les médias, l'avis des spécialistes de l'art populaire, ainsi que les témoignages de quelques membres de la famille, il a pu brosser un portrait aussi complet que possible.

À l'insu de son père

Le projet d'écriture est né trois ou quatre ans avant la disparition de Léon Bouchard, mais sans qu'il s'en doute. «Si je lui en avais parlé, à chaque semaine, mon père m'aurait demandé si le dossier avait progressé. Il aurait essayé de vivre assez longtemps pour assister au lancement», souligne Martin Bouchard en souriant.

À la même époque, il a contacté Marcel Broquet, fondateur de la maison d'édition du même nom, afin d'obtenir sa collaboration. «En tant que bibliothécaire, je savais que sa maison avait produit des livres d'art. Elle avait abandonné ce créneau, mais vient de créer une nouvelle collection», rapporte le Jeannois.

L'ouvrage devait tenir sur 104 pages, ce qui l'a obligé à élaguer le texte afin d'intégrer 130 photographies montrant les oeuvres les plus significatives. Le produit fini est de belle facture, digne de la carrière de Léon Bouchard, d'où la fierté de l'auteur à quelques jours du lancement officiel.

Cet événement aura lieu le 26 avril à 14h, à la Salle communautaire de Sainte-Hedwidge. Près de 300 personnes ont été invitées, dont les députés locaux, ainsi que les autorités du village. Le livre est aussi disponible en librairie, de même qu'aux bureaux de la municipalité et sur le site de Val-Jalbert.

«Ça représente une carte de visite pour ce qu'a fait mon père. Ce livre va contribuer à la diffusion de l'oeuvre», anticipe Martin Bouchard. Il s'agit de son deuxième ouvrage, l'autre étant Dans la ville où naissent et meurent deux grandes rivières, un recueil de textes et de photos publié par La Société d'histoire du Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer