Russel-Aurore Bouchard lancera un livre mardi

La fin du cycle des Chroniques

Russel-Aurore Bouchard invite tout le monde à assister... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Russel-Aurore Bouchard invite tout le monde à assister au lancement de son nouvel ouvrage, le troisième et dernier tome de ses Chroniques d'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Devoir de mémoire). Il aura lieu mardi à 19h, à la Salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque municipale de Chicoutimi.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Russel-Aurore Bouchard revient avec le troisième et dernier tome des Chroniques d'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Devoir de mémoire). Du haut de ses 445 pages, cet ouvrage qui sera lancé mardi à 19h, à la Salle Marguerite-Tellier de la Bibliothèque municipale de Chicoutimi, est le plus imposant du lot.

«Mon projet est arrivé à terme. C'est une somme. Une maudite belle série», a lancé l'auteure mercredi, lors d'une entrevue réalisée à sa résidence de Chicoutimi-Nord. Après les mythes et la colonisation, thèmes des premiers opus, la voici qui ouvre dix fenêtres sur le passé récent et lointain de la région.

La moitié des textes sont inédits, tandis que les autres ont été remaniés. De nouvelles informations ont été ajoutées, tandis que la forme colle davantage à ce qu'est devenue la plume de l'historienne. Comme dans une courtepointe, les sujets sont variés. C'est la façon de les mettre en valeur, de les assembler, qui donne sa cohérence au projet.

«Il n'y a pas de petite et de grande histoire», écrit-elle dans son avant-propos. Ainsi voit-on cohabiter un chapitre évoquant l'aventure de Val-Menaud, le domaine de Saint-Charles-de-Bourget que fréquentaient Félix Leclerc et Charles Trenet, l'incendie qui a ravagé Chicoutimi en 1912, l'arrivée du train au Saguenay et l'histoire du village de Mont-Apica.

Une expérience concluante

Le premier sujet abordé par Russel-Aurore Bouchard concerne la chapelle du père Laure, un bâtiment qui, de 1726 à 1856, s'est dressé sur le site du poste de traite de Chicoutimi. Le texte rappelle l'importance de ce lieu, ainsi que du joli temple que couronnait la croix dite de Lozeau. Il traite aussi du projet de reconstitution piloté par l'historienne.

Elle a en effet reproduit la chapelle en mettant à profit ses connaissances en modélisme, de même que ses recherches étalées sur plusieurs décennies. L'objet qu'on peut admirer jusqu'au 31 mars, à La Pulperie de Chicoutimi, laisse voir tous les détails, même les plus fins, dont on retrouve la trace dans les documents historiques.

«C'était un moyen de sortir des cadres établis pour véhiculer l'histoire d'une manière différente, comme d'autres le font avec la bande dessinée. Mon texte s'inscrit également dans le débat sur la préservation du patrimoine religieux, un débat qu'illustre le cas de l'église Notre-Dame-de-Fatima», fait observer Russel-Aurore Bouchard.

Ce n'est pas la seule fois que le présent et le passé se conjuguent au même temps. Preuve en est le voyage effectué par la Chicoutimienne en 2011, dans un cimetière militaire situé en Normandie. «J'ai laissé tomber plusieurs larmes sur les tombes des soldats de la région. Je suis sensible à leur sacrifice», confie-t-elle.

On peut donc parler d'un hommage venu du coeur, à propos du texte relatant les derniers mois du Baieriverain Henri-Joseph Simard, mort le 18 juillet 1944 dans la foulée du Débarquement de Normandie. «Dans ses lettres, on réalise qu'il a peur, mais que c'est aussi un homme courageux. Je ne vois que de belles qualités en lui», souligne Russel-Aurore Bouchard.

Une autre dimension de la vie militaire, la base de Mont-Apica, jette un peu de lumière sur un site tombé dans l'oubli, en attendant que les touristes le redécouvrent. Le même devoir de mémoire justifie le texte portant sur l'Académie des frères Maristes qui se trouvait à Chicoutimi, tout comme celui sur Saint-Prime, dont on célèbre les 150 ans.

«J'avais le souci de laisser le meilleur de moi-même», affirme l'auteure, qui a le sentiment d'avoir fait le tour de ses Chroniques. Sa prochaine publication épousera des contours on ne peut plus différents, puisqu'il s'agira de la nouvelle mouture du journal des frères Petit, Chicoutimi au temps des fondateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer