Dwight Yoakam au Festival forestier de Shipshaw

Des airs de Nashville

Il y avait définitivement un air de Nashville hier soir à Shipshaw. La... (Photo Michel Tremblay)

Agrandir

Photo Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Joel Martel
Le Quotidien

(Shipshaw) Il y avait définitivement un air de Nashville hier soir à Shipshaw. La prestation toute en retenue de Dwight Yoakam aura sans aucun doute suffi à combler de bonheur les spectateurs qui attendaient visiblement sa venue.

Il y avait quelque chose de surréaliste à voir Yoakam monter sur scène. En effet, fidèle à son image, le chanteur qui porte de nombreux chapeaux dont ceux de comédien et de réalisateur, avait bel et bien son traditionnel chapeau de cowboy sur la tête ainsi que ses célèbres jeans serrés qui lui ont valu au cours de sa carrière le surnom du «Original tight jean singer».

Accompagné de quatre jeunes musiciens talentueux vêtus de paillettes, Yoakam a enchaîné les chansons en ne s'adressant que très rarement aux spectateurs. Il aura fallu au moins cinq pièces avant que celui-ci parle aux spectateurs. Or, il aura fait leur bonheur en racontant en anglais qu'il s'agissait de son premier périple dans ce secteur du Canada et que l'endroit l'avait totalement émerveillé. Bien que ce type de discours soit le lot de tous les concerts, on sentait dans la voix du chanteur que ses paroles étaient bien senties.

Côté musique, le public aura été extrêmement gâté. C'est à un véritable buffet chinois auquel les spectateurs auront eu droit. Non seulement on avait cette impression de pouvoir se servir à volonté, vu le nombre de titres que Yoakam a proposés, mais on a aussi pu profiter d'un très large registre quant aux genres musicaux auxquels le chanteur s'est frotté. Se permettant quelques détours vers l'irrésistible rockabilly, Yoakam a amené l'auditoire vers la country-pop tout en leur offrant quelques titres aux accents rock. Un tel exercice aurait pu risquer de s'éparpiller, mais le quintette n'a jamais quitté pour autant l'esprit country.

Bien entendu, Yoakam n'en est pas à son premier concert et la performance qu'il a livrée rendait absolument cette expérience de scène. Aussitôt une chanson terminée, il y avait déjà un musicien de la bande qui donnait la cadence pour le prochain titre. Il faut croire que Yoakam a une hantise des temps morts. Cependant, on avait parfois cette étrange impression de regarder un concert sur DVD, un peu comme si ce qui se passait sur scène se déroulait dans une tout autre dimension que dans la salle. Malgré l'enthousiasme du public qui frôlait parfois le joyeux délire, il n'y a pas eu cette communion entre l'artiste et la salle qui crée ces moments magiques que seuls les concerts peuvent créer. Toutefois, il faudrait être de mauvaise foi pour affirmer que ce détail a nui d'une façon ou d'une autre au plaisir des spectateurs.

On aura d'ailleurs remarqué une spectatrice qui a tenté d'exprimer son admiration pour Yoakam à l'aide d'une affiche sur laquelle était écrit son nom. Le bonheur de celle-ci aura toutefois été de courte durée, étant donné la rigueur dont les agents de sécurité en place ont fait preuve tout au long du concert. Un périmètre de sécurité avait été établi tout autour de la scène et de la première rangée de spectateurs. Ils étaient rares, ceux et celles qui pouvaient y circuler en toute liberté. Parlez-en à la dame qui a dû rebrousser chemin après qu'un agent l'ait retenue en agrippant littéralement son sac à dos. Quand rigueur se confond avec zèle...

Le concert qu'a présenté hier Yoakam à l'occasion du Festival forestier de Shipshaw passera-t-il à l'histoire? Peut-être que non. Néanmoins, son passage risque fort bien de rester longtemps dans la mémoire des gens présents et surtout, il contribuera certainement à donner davantage de poids à la région dans le circuit international. Chapeau (de cowboy) à l'équipe d'organisateurs du Festival forestier de Shipshaw pour ce coup (de revolver) fumant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer