Grande marche: 3500 personnes au Saguenay-Lac-Saint-Jean

  • Les bénévoles de la Grande marche de Saguenay ont distribué des ponchos aux marcheurs. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Les bénévoles de la Grande marche de Saguenay ont distribué des ponchos aux marcheurs.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 1 / 12
  • Des participants ont profité de la deuxième édition de la Grande marche de Saguenay pour se faire prendre en photo avec Pierre Lavoie. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Des participants ont profité de la deuxième édition de la Grande marche de Saguenay pour se faire prendre en photo avec Pierre Lavoie.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 2 / 12
  • Parapluies, bottes et manteaux d'hiver étaient de mise samedi pendant la Grande marche de Saguenay, à laquelle ont pris part 2500 personnes dans les rues d'Arvida. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Parapluies, bottes et manteaux d'hiver étaient de mise samedi pendant la Grande marche de Saguenay, à laquelle ont pris part 2500 personnes dans les rues d'Arvida.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 3 / 12
  • La pluie était de la partie. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    La pluie était de la partie.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 4 / 12
  • Des participants de toutes les générations étaient de la partie, samedi. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Des participants de toutes les générations étaient de la partie, samedi.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 5 / 12
  • La Grande marche est organisée par le Grand défi Pierre Lavoie et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec. Plusieurs médecins de Saguenay ont pris part à la marche de cinq kilomètres. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    La Grande marche est organisée par le Grand défi Pierre Lavoie et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec. Plusieurs médecins de Saguenay ont pris part à la marche de cinq kilomètres.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 6 / 12
  • Pierre Lavoie s'est adressé aux participants avant le départ de la marche saguenéenne à Arvida. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Pierre Lavoie s'est adressé aux participants avant le départ de la marche saguenéenne à Arvida.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 7 / 12
  • Plusieurs compagnons à quatre pattes ont aussi suivi leur maître pendant le défi. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Plusieurs compagnons à quatre pattes ont aussi suivi leur maître pendant le défi.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 8 / 12
  • Plusieurs médecins omnipraticiens de la région prescrivent des cubes énergie à leurs patients. Associés à la Grande marche, des médecins ont aussi relevé le défi samedi. (Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Plusieurs médecins omnipraticiens de la région prescrivent des cubes énergie à leurs patients. Associés à la Grande marche, des médecins ont aussi relevé le défi samedi.

    Photo le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 9 / 12
  • Malgré la météo peu clément, les marcheurs étaient au rendez-vous. (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Malgré la météo peu clément, les marcheurs étaient au rendez-vous.

    Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

  • 10 / 12
  • La pluie était également présente à Dolbeau-Mistassini. (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    La pluie était également présente à Dolbeau-Mistassini.

    Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

  • 11 / 12
  • La Dre <span>Marie-Andrée Savard</span>, médecin de famille et présidente de la Grande Marche Lac-Saint-Jean, était satisfaite de voir combien de personnes ont bravé la météo. (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    La Dre Marie-Andrée Savard, médecin de famille et présidente de la Grande Marche Lac-Saint-Jean, était satisfaite de voir combien de personnes ont bravé la météo.

    Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque 2500 personnes ont bravé la pluie et la neige pour participer à la deuxième édition de la Grande marche de Saguenay, samedi après-midi, dans le secteur Arvida. Le mauvais temps n'a cependant pas refroidi l'énergie et la bonne humeur des marcheurs et bénévoles.

La marche de cinq kilomètres était organisée par le Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec. Elle avait été retardée d'une semaine, en raison de la pluie annoncée la fin de semaine dernière.

Une décision que les organisateurs ont un peu regrettée, en constatant que le temps était finalement plus mauvais samedi, a concédé en riant Pierre Lavoie, fondateur du GDPL. Les organisateurs se sont d'ailleurs promis que l'édition 2017 aurait lieu plus tôt, à la fin du mois de septembre, ou au début du mois d'octobre.

Pierre Lavoie était positivement étonné de voir qu'autant de personnes avaient néanmoins répondu à l'appel. «C'était vraiment un défi aujourd'hui, une expérience. L'inconfort nous rend plus forts! On voit que le mouvement est très bien enraciné», s'est-il réjoui.

Des personnes de tous les âges ont pris part à la marche dans les rues du quartier patrimonial Sainte-Thérèse, à Arvida. Le départ a été donné à 15h, au parc Moritz, après une heure d'animation sur le site.

Les bénévoles ont distribué foulards et ponchos, qui ont été bien appréciés. Manteaux d'hiver, bottes et parapluies étaient de mise pour affronter le cocktail météo.

La pluie du départ s'est changée en neige pendant le parcours. À l'arrivée, les participants ont reçu un accueil énergique de la part des bénévoles, sous le son des tam-tams et des encouragements de la mascotte Cubi, qui, sous son épais pelage bleu, ne semblait pas souffrir du froid!

Un groupe de jeunes a franchi la ligne d'arrivée en courant, et c'est avec le sourire que les marcheurs suivants ont conclu leurs cinq kilomètres. Détrempés, plusieurs ont ensuite quitté les lieux à la hâte pour aller se mettre au chaud.

Lise Aubut, d'Arvida, a préféré marcher sous la pluie et la neige plutôt que de rester dans son salon. Depuis un an, elle marche 30 minutes matin et soir, et seules des conditions exceptionnelles l'empêchent de mettre le nez dehors. «J'ai traîné mon mari! , lance celle qui l'attendait à la ligne d'arrivée et qui l'avait distancé en marchant à son propre rythme. Les gens étaient de très bonne humeur pendant tout le parcours, c'est agréable.»

Le plus élevé

Le nombre d'inscriptions à la Grande marche dans la région demeure le plus élevé dans la province, au prorata de la population, a indiqué la directrice des communications du GDPL, Stéphanie Charest. «La participation est exceptionnelle étant donné les conditions», a-t-elle souligné.

Deux fois plus d'événements l'an prochain

Le nombre de Grandes marches, de Cubes de marche et de médecins omnipraticiens associés au Grand défi Pierre Lavoie (GDPL) devrait doubler d'ici un an.

C'est ce qu'espère et attend Pierre Lavoie, fondateur du GDPL, en constatant l'engouement suscité par les Grandes marches. «On avait deux Grandes marches l'an dernier, neuf cette année, et nous avons déjà des municipalités qui nous ont contactés pour l'an prochain», a-t-il souligné, en entrevue, peu après l'arrivée de la Grande marche de Saguenay.

Un an après la fondation du Cube de marche de La Baie, 80 Cubes de marche ont vu le jour à travers la province. «C'est ça, le mouvement. Et la marche est plus accessible pour les gens. La marche est démocratique, et on peut marcher toute la vie, peu importe l'âge», a-t-il ajouté.

Plus de médecins

Il constate aussi que de plus en plus de médecins prescrivent des cubes énergie et la participation aux clubs de marche du GDPL.

Le Dr Dominic Gagnon, ambassadeur pour la marche saguéenne, a souligné que les médecins de la région sont nombreux à émettre de telles prescriptions depuis l'entrée en vigueur de l'entente entre la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec et le GDPL, en avril 2015.

«J'ai demandé cette semaine, aux médecins présents à l'assemblée générale des médecins omnipraticiens de la région, qui avait prescrit des cubes énergie dans la dernière année, et 90% des médecins ont levé la main», s'est-il réjoui.

Le médecin du GMF du fjord, à La Baie, estime que l'adoption de saines habitudes de vie par la population aura un effet «révolutionnaire» sur le système de santé.

«Il n'y a pas un traitement ou un médicament qui pourra avoir cet effet-là. [...] On n'a pas un système de santé, on a un système de gestion de la maladie. Quand on aura beaucoup moins de monde malade grâce aux saines habitudes de vie, l'accès au système sera plus facile et on pourra mettre l'argent dans la recherche, par exemple», a plaidé celui qui a visiblement la cause à coeur.

Il estime qu'un travail important doit cependant encore être fait. L'intégration de kinésiologues au sein des GMF, le projet Saguenay capitale des saines habitudes de vie et l'adoption d'un nouveau guide alimentaire canadien sont quelques-uns des dossiers soulignés par le médecin.

Du bonheur sous la pluie et la neige à Dolbeau-Mistassini

Imperméables, bottes de caoutchouc, parapluies et vêtements chauds étaient de mise, samedi, dans les rues de Dolbeau-Mitassini. C'est tout un cocktail météo qui attendait quelque 840 participants à la Grande Marche du Lac-Saint-Jean du Grand défi Pierre Lavoie.

La semaine d'avant, l'activité avait été reportée en raison des fortes précipitations qui étaient aussi au menu. Samedi, il pleuvait à boire de bout. Dès que le coup d'envoi de la marche a été donné, la pluie a cédé la place à de gros flocons de neige fondante.

Tout sourire, les participants ont marché sur des distances d'un et de cinq kilomètres. À l'avant du convoi, la musique retentissait. Des gens de tous les âges étaient de la partie.

Les plus jeunes s'en donnaient à coeur joie dans les grands trous d'eau. À tous les coins de rue, des bénévoles avaient le sourire aux lèvres et encourageaient les marcheurs. À un endroit, un petit groupe de citoyens s'était même rassemblé sous un abri pour livrer une prestation de tam-tam. Quelle ambiance festive malgré les circonstances!

«Il y avait 1500 inscriptions et je suis quand même impressionnée par le nombre de personnes présentes. Ce n'est pas la température que j'avais commandée, mais je suis contente de la participation. Nous avons 15 patients de la résidence le Bel-Âge en fauteuil roulant ou en marchette qui se sont déplacés pour venir avec nous. Ces gens voulaient marcher avec leur médecin de famille», a mentionné le Dre Marie-Andrée Savard, présidente de la Grande Marche du Lac-Saint-Jean.

Il y a quelques années, Dolbeau-Mistassini s'est dotée d'une politique dont le but est notamment de favoriser les saines habitudes de vie. Pour le maire de l'endroit, Richard Hébert, l'activité cadre parfaitement avec cette philosophie que les élus souhaitent faire rayonner.

«Nous l'avons prouvé par des gestes tangibles. Par exemple, nous ne vendons plus de boisson énergisante dans nos établissements, comme au centre sportif. Nous avons aussi mis en place le Challenge des cyclistes qui remporte un succès extraordinaire. Également, notre municipalité est maintenant Vélosympathique. À Dolbeau-Mistassini, c'est important que les gens soient en santé», a mentionné l'élu.

Une centaine bénévoles ont mis la main à la pâte pour faire de cette activité une réussite. - Avec Isabelle Tremblay

«Je suis certaine qu'ils ne seront pas malades»

Trempés de bord en bord, les participants qui se sont amusés et qui ont gardé le sourire ne risquent pas d'attraper un rhume ou une grippe, selon la Dr Marie-Andrée Savard, médecin de famille et présidente de la Grande Marche Lac-Saint-Jean.

« Même si on a les pieds mouillés, tant que l'on continue à avoir un bon moral, le système immunitaire nous protège contre les infections. Les gens étaient heureux de participer à la marche et de faire la promotion des saines habitudes. Alors je suis certaine qu'ils ne seront pas malades. C'est le même principe avec un enfant qui joue dehors. Il est heureux, même s'il a froid et qu'il est mouillé. Mais quand le jeune se fait dire qu'il va être malade, c'est là que son système immunitaire baisse et qu'il a de la difficulté à se défaire d'une infection. » - Avec Isabelle Tremblay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer