Les ratés du système Phénix dénoncés

La manifestation se tiendra lundi midi au Centre... (Archives Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

La manifestation se tiendra lundi midi au Centre fiscal de Jonquière.

Archives Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Les salariés du Centre fiscal de Jonquière prendront part à une manifestation, lundi midi, en soutien à leurs collègues membres de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) qui font les frais du nouveau système de paie Phénix, implanté par le gouvernement fédéral il y a plusieurs mois.

Le rassemblement a également pour but d'appuyer les quelque 100 000 fonctionnaires fédéraux présentement concernés par la négociation entourant le renouvellement de leur convention collective. Pour ce qui est des employés de l'Agence du revenu, une entente a été ratifiée le 25 octobre dernier. Leur convention était échue depuis 2012.

Président régional de l'Alliance de la fonction publique du Canada, André Roberge signale qu'autour de 80 000 personnes à l'emploi du gouvernement fédéral sont victimes des ratés du système Phénix. C'est environ 30 pour cent des effectifs répartis aux quatre coins du Canada. Dans certains cas, il peut s'agir d'erreurs dans le traitement des paies, de congés qui ne sont pas attribués ou de hausses de salaire qui ne sont pas appliquées. Des 80 000 fonctionnaires touchés, il est estimé qu'environ 40 000 ne reçoivent carrément pas de salaire ou touchent des montants moindres que ceux auxquels ils ont droit. À l'inverse, des retraités continuent de recevoir leur paie.

André Roberge signale que plusieurs fonctionnaires régionaux sont concernés. Il a toutefois été impossible, pour le syndicat, d'obtenir des données locales auprès de l'employeur. Le syndicat continue de décrier le système Phénix et ses ratés. Certains membres n'ont pas reçu un sou depuis sept ou huit mois et doivent contracter des prêts ou des marges de crédit pour compenser le manque.

«On essaie de faire sortir tout le monde lundi. Il y aura des actions simultanées partout au Canada. Ce qui se passe n'a pas de bon sens. On n'a rien contre les changements technologiques, mais encore faut-il qu'ils fonctionnent. Par exemple, l'employeur a décidé d'éliminer les talons de paie et de les remplacer par un système informatique. Ce qui était très simple avant est devenu extrêmement compliqué avec des tableaux qui sont incompréhensibles», cite, en exemple, le président du syndicat.

Pour Phénix, la frustration est grande chez les membres et plusieurs plaintes ont été soumises au syndicat.

«Les employés sont en maudit. Nous n'avons aucune écoute de la part de l'employeur. Nous avons demandé une rencontre avec la ministre Judy Foote (Services publics et Approvisionnements) et elle a refusé», poursuit André Roberge. Le chef syndical veut que les députés se mobilisent et soutiennent les fonctionnaires. Il interpelle directement le représentant libéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, pour qu'il presse son gouvernement d'agir.

Le syndicat craint un cafouillage majeur lors du versement des rétroactions et de l'application de hausses de salaire découlant de la nouvelle convention collective des employés de l'Agence du revenu. Le gouvernement emploie environ 1500 personnes au Saguenay-Lac-Saint-Jean réparties dans divers ministères. Environ 550 oeuvrent au Centre fiscal de Jonquière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer