Quand l'animal et l'équipement prennent le bord

Lors de leur bazar, Shanie Gingras, technicienne en... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Lors de leur bazar, Shanie Gingras, technicienne en santé animale, Stéphanie Brassard, directrice de la SPCA, et Carole Girard, inspectrice, étaient accompagnées de Sally, une petite pensionnaire en attente d'une famille.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

Quand une personne ne veut plus de son animal et qu'elle est à bout de tout, c'est souvent en vitesse qu'elle souhaite le voir sortir de sa vie. Attristée par cet échec, elle voudra tout faire partir, y compris l'équipement. À ce moment-là, plus question de penser à l'investissement. On donne tout!

C'est ce que constatent les employés de la SPCA Saguenay quand ils voient un client débarquer avec le chat, les bols, la nourriture, le bac de litière et tout le tralala. Il est de même pour les rongeurs et les oiseaux. Bien que la SPCA utilise certains équipements, l'espace vient parfois à manquer avec tous les accessoires qui s'empilent. Surtout quand 112 chats séjournent entre les murs!

Le 1er octobre dernier, la SPCA Saguenay organisait son grand bazar d'automne afin de faire de la place. Moyennant quelques dollars, ils ont fait des heureux en laissant partir des cages de transports, des litières, des cages d'oiseaux, des cages de rongeurs, etc. Ce moyen de financement leur a permis d'amasser 517$ pour prendre soin de leurs pensionnaires.

Depuis qu'ils vaccinent, stérilisent et vermifugent tous leurs animaux, la SPCA Saguenay encaisse beaucoup de dépenses. C'est pourquoi les dons du public sont toujours très importants.

Nouveautés

Il y a du nouveau à la SPCA Saguenay, toujours dans le but d'aider les animaux. D'abord, nous avons plus que jamais besoin de familles d'accueil temporaires pour permettre aux chats qui séjournent en cage depuis plusieurs mois de se dégourdir dans une famille aimante.

De plus, certains chiens n'arrivent pas s'adapter à la vie dans un chenil. C'est pourquoi on les envoie dans des familles d'accueil qui ont l'opportunité de recevoir l'encadrement de Simon Gaudreault, éducateur canin, afin de les aider à gérer certains comportements du chien. Plusieurs activités de financement sont prévues pour acheter de l'équipement pour aider ces familles à mieux cohabiter avec leurs pensionnaires temporaires.

Pour une trentaine de dollars, la SPCA offre aussi un service de pose-griffes pour les chats. Ces protecteurs, qui empêchent les chats d'abîmer les meubles à l'aide de leurs griffes, sont efficaces six semaines.

Pour adopter un animal de la SPCA, vous pouvez visiter le site Internet spcasaguenay.com afin de voir tous les animaux disponibles, y compris ceux placés dans des familles d'accueil.

Écarter d'abord les troubles de santé

Sur un site de discussion Facebook, comptant plus de 5500 membres, une dame écrit que son chiot de huit mois semble traumatisé. Elle lance donc un appel à tous afin d'avoir leur avis.

«Après un dodo, je l'ai mis sur le ''pipi pad'' pour qu'il fasse ses besoins. Il est parti, alors je l'ai remis et il a crié comme quand ça fait mal. Je suis convaincue de n'avoir rien fait pour lui faire mal et j'étais très calme», écrit l'internaute. Aussitôt, des éducateurs canins lui recommandent de communiquer avec elle. «Il ne vient plus vers nous et quand on essaie de le reprendre, il fait encore comme si ça faisait mal. Il l'a même fait une fois quand je l'ai flatté. Ça part mal mon affaire», poursuit l'internaute.

Dans ce genre d'histoire, les gens ne se gênent pas pour donner trucs de dressage, alors que d'autres posent même des diagnostics de santé, remède maison en prime. Heureusement que certains lui ont recommandé d'aller chez le vétérinaire, et c'est ce qu'elle a choisi de faire.

Une dizaine d'heures après son appel à tous, la propriétaire du chiot donne des nouvelles. «J'ai des réponses. Je suis allée chez le vétérinaire et mon chiot est présentement sur la table d'opération pour une hernie. Il avait vraiment mal. Si j'avais attendu le lendemain, j'aurais pu le perdre», conclut-elle.

La morale de cette histoire... Si votre animal change drastiquement de comportement, consultez d'abord et avant tout un vétérinaire. Les recettes maison et les trucs de tout le monde compliquent souvent le travail des experts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer