Russel-Aurore Bouchard outrée

L'historienne Russel-Aurore Bouchard a été outrée de constater... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'historienne Russel-Aurore Bouchard a été outrée de constater que des vandales ont brûlé la croix installée l'an dernier par le Conseil des femmes métisses au Poste de traite de Chicoutimi.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La croix commémorative installée l'an dernier au Poste de traite de Chicoutimi par le Conseil des femmes métisses a été brûlée. L'acte de vandalisme, fort probablement posé au cours du dernier mois, provoque l'ire de l'historienne Russel-Aurore Bouchard. Selon l'auteure, ce geste «sauvage» est l'oeuvre de personnes «incultes» et «abruties» qui n'ont aucun respect pour l'histoire et pour la société dans laquelle elles vivent.

Russel-Aurore Bouchard déplore l'état général des lieux. Toutefois,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Russel-Aurore Bouchard déplore l'état général des lieux. Toutefois, les trous seront bouchés prochainement à la suite de la fin des fouilles archéologiques. L'archéologue Érik Langevin affirme qu'il doit auparavant consulter le ministère de la Culture pour savoir quel type de terre employer.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Russel-Aurore Bouchard a découvert que la croix de bois, installée au printemps de 2015, avait été incendiée lorsqu'elle s'est rendue au site historique du Poste de traite de Chicoutimi avec des Européens en début de semaine. Elle souhaitait leur faire découvrir ce lieu hautement symbolique. Mme Bouchard a eu la honte de sa vie.

«Je suis extrêmement désolée de ce qui est arrivé. Je suis peinée et heurtée de voir que des jeunes, parce que ça ne peut être personne d'autre que des jeunes, sont allés boire de la bière là et ont détruit la croix. Elle était magnifique, faite en bois avec des plumes, du tartan écossais, des peaux d'ours et des fleurs de lys. Il y avait une belle atmosphère de paix et de respect à cet endroit», explique Russel-Aurore Bouchard, spécialiste de la question métisse.

«Ça fait des années que j'essaie d'inculquer le respect de l'histoire dans notre société. Je suis épuisée de toujours recommencer», a-t-elle laissé tomber, la voix fatiguée.

Désengagement

Russel-Aurore Bouchard retrouve sa verve légendaire lorsqu'elle se met à déplorer ce qu'elle considère comme le désengagement de Saguenay à l'égard du poste de traite. Selon elle, la Ville n'a pas entretenu les lieux comme elle avait promis de le faire. L'historienne décoche aussi une flèche à l'endroit des archéologues qui ont mené des fouilles pour le compte de la Ville et qui ont laissé des trous béants dans le sol.

«C'est honteux. Je ne donne pas une bonne note aux citoyens qui vont là et qui laissent traîner des déchets et des canettes de bière, je ne donne pas une bonne note à la Ville qui ne s'occupe pas de son site et je ne donne pas une bonne note aux archéologues», martèle-t-elle.

L'archéologue Érik Langevin a cependant une bonne explication à livrer.

«Les fouilles ont pris fin il y a environ deux semaines. Avant de remplir les trous, on doit consulter le ministère de la Culture et des Communications pour savoir quelle matière on peut utiliser. Ce site sera fermé aux fouilles et on n'y retournera pas. Ça demande donc toute une expertise», a-t-il mis en relief.

Érik Langevin est lui aussi désolé que la croix ait été brûlée et croit que l'installation de caméras de surveillance devrait être considérée.

«Il faut comprendre qu'avant il y a trois ans, n'importe qui pouvait fréquenter ce site. Les gens y allaient pour pêcher ou pour faire un peu ce qu'ils voulaient. Il faut habituer les gens», conclut l'archéologue.

Des patrouilles

Interrogé en fin de soirée hier, le lieutenant responsable à la Sécurité publique de Saguenay, Christian Michaud, a indiqué que la Ville a spécifiquement demandé que des patrouilles soient effectuées dans le secteur. Elles ont débuté au cours des derniers jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer