La Joujouthèque a 40 ans

Marie-Michelle Dubois et Marie-Élaine Julien siègent au conseil... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Marie-Michelle Dubois et Marie-Élaine Julien siègent au conseil d'administration de la Joujouthèque de Saguenay. Le C.A. souhaite aider l'organisme présent à Jonquière depuis 40 ans à prendre le virage 2.0.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

À l'ère de l'informatique et des nouvelles technologies, à une époque où les jeunes sont attirés comme des aimants par les écrans de tout acabit, il existe un organisme, à Jonquière, qui divertit les enfants et les préadolescents depuis maintenant 40 ans.

Située dans le quartier Saint-Jean-Eudes, la Joujouthèque de Saguenay demeure un secret bien gardé. Si certains citoyens de la ville fréquentent ses locaux sur une base régulière, nombreux sont les parents qui ignorent l'existence même de la Joujouthèque.

Au printemps dernier, l'un des piliers de l'organisme a tiré sa révérence, après plusieurs années d'implication. Cette bénévole tenait pratiquement la Joujouthèque à bout de bras et son retrait présentait une menace pour la survie du service de prêt de jeux et de jouets. Des utilisateurs et des intervenants de divers milieux se sont mobilisés pour maintenir la Joujouthèque, avec l'intention de lui faire prendre le virage 2.0. Un nouveau conseil d'administration a été formé, avec pour leitmotiv de dynamiser ce qui est considéré comme une institution.

«On travaille beaucoup pour faire connaître la Joujouthèque et sa mission. On a créé une page Facebook et on a communiqué avec quelques organismes comme les CLSC, les CPE et les bureaux coordonnateurs», fait valoir Marie-Élaine Julien, qui agit comme secrétaire-trésorière au conseil d'administration.

Sa collègue administratrice et étudiante en éducation, Marie-Michelle Dubois, signale que la communauté tient à sa Joujouthèque. Lors de l'entrevue, Marie-Élaine Julien a produit une photocopie d'un article paru dans Le Quotidien le 8 juin 1977. Un an après l'ouverture du service, la responsable de l'époque, Hélène Giasson, dressait un bilan fort positif des activités. Elle disait espérer que le Joujouthèque continue d'avoir pignon sur rue pendant encore longtemps. La dame ignorait certainement que quatre décennies plus tard, les familles de la région fréquenteraient toujours la Joujouthèque.

Évidemment, les utilisateurs sont moins nombreux aujourd'hui qu'à la fin des années 70. À cette époque, la responsable parlait de 280 familles inscrites. Marie-Élaine Julien produit pour sa part un petit cahier dans lequel figurent les noms d'environ 130 membres. C'est une situation qui devrait toutefois changer, si l'on en croit la volonté du nouveau C.A. Ses membres ont l'intention de déployer de nombreux efforts de promotion. Un premier geste a d'ailleurs été posé samedi, alors qu'une activité avait lieu pour marquer la réouverture du local de la rue Croft après la période estivale. Du même coup, la direction a souligné les 40 ans d'existence de la Joujouthèque.

L'une des premières au Québec

La Joujouthèque de Saguenay (autrefois Jonquière) a été parmi les premières à voir le jour au Québec.

Pour pouvoir emprunter des jeux et des jouets, les familles doivent payer 20$ annuellement. Chaque membre a droit à un emprunt par visite. Les garderies doivent payer 40$ par année pour emprunter jusqu'à 15 jouets par mois. Des jeux de société destinés aux adultes sont accessibles, mais les articles sont principalement destinés aux 0-12 ans.

Les locaux sont ouverts deux fois semaine, les mardis et les samedis, et les prêts sont d'une durée de deux semaines. Il y a bien des trouvailles à faire sur les tablettes de la Joujouthèque, notamment des jouets qui rappelleront moult souvenirs aux trentenaires et aux quarantenaires. Des items plus récents aussi.

Lorsqu'ils sont retournés à la Joujouthèque, tous les articles sont désinfectés. Fait intéressant, cette tâche est réalisée bénévolement par des élèves du Programme d'éducation internationale (PEI) à l'école secondaire Kénogami. La direction est actuellement à la recherche de solutions qui lui permettraient d'éviter d'utiliser des sacs de plastique pour emballer les joujoux nettoyés. Car outre sa mission éducative et communautaire, la Joujouthèque prône également des valeurs qui s'inscrivent dans le respect des principes du développement durable. Moins d'achats, moins de déchets. Plus de partage, plus d'économies. L'organisme sans but lucratif (OSBL) bénéficie d'une subvention de la Ville et le conseiller municipal responsable du quartier Saint-Jean-Eudes, Carl Dufour, utilise une partie de son enveloppe de quartier pour soutenir les activités de la petite corporation. Marie-Élaine Julien précise d'ailleurs que la Joujouthèque jouit d'une bonne santé financière. De nombreux bénévoles sont toutefois recherchés pour que l'organisme puisse prendre véritablement son erre d'aller.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer