Les morsures font les manchettes

Si on veut bannir tous les chiens dangereux,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Si on veut bannir tous les chiens dangereux, il faudrait définir ce qu'est un chien dangereux. Est-ce un chien avec le nez écrasé, les oreilles croches, de race distincte, malade, réactif, mal éduqué, qui jappe ou qui a peur ?

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

Si votre chien égratigne le petit voisin, il se peut qu'il fasse les manchettes du journal local. Pourtant il n'y a pas plus d'accidents avec des chiens qu'avant. Le constat à y faire c'est que tous les chiens peuvent mordre et les propriétaires doivent se responsabiliser en augmentant la sécurité.

Ce n'est pas un hasard si les médias poursuivent leur lancée en matière de morsures de chiens. Ce type de nouvelle alimente un gros pourcentage de lecteurs qui souhaite lire ce genre de titre. Est-ce la morsure de chien qui est à la mode ou l'envie de se nourrir de peur? Que ce soit une bonne raison de dissuader une personne d'avoir un chien, ou une bonne raison de rester sédentaire parce que la vie extérieure est dangereuse, la sensibilisation qui découle de ces histoires permet de conscientiser tout le monde.

Quand un chien fait les manchettes parce qu'il a mordu, les amis des animaux crient à l'injustice. On a peur que le chien soit euthanasié, on met la faute sur le propriétaire du chien et tout le monde devient spécialiste en comportement canin. Quand ce même chien se retrouve en adoption, pouf! , tous les sauveurs d'animaux disparaissent. Le monde des animaux est rempli d'aberrations dans le genre, sans doute dû au conflit entre la méconnaissance, les émotions et la logique.

Bannir les chiens dangereux

Le Québec affirme vouloir bannir tous les chiens dangereux. Une intention impossible à appliquer tant qu'on ne pourra pas définir clairement ce qu'est un chien dangereux. Un chien peut être dangereux s'il court après les vélos, s'il saute et qu'il fait tomber un enfant, s'il fait de la garde de nourriture, s'il fait de la prédation, s'il est malade, etc. C'est à l'humain de gérer son animal. Il est le SEUL responsable et devra en payer le prix s'il est négligent.

Notre cohabitation avec les chiens est en restructuration. Il n'est plus un compagnon de travail, un gardien de terrain ou un broyeur de restants de table. Le chien est devenu un membre de la famille, mais ça ne veut pas dire qu'il est un humain. On veut que toutes les races de chiens soient égales et traitées pareil. On ne veut pas associer certains traits de caractère, comme l'agressivité, à une race en particulier. Une des raisons de morsure chez le chien est causée par la peur. Est-ce qu'une race est plus peureuse qu'une autre? Non.

Quand un refuge dit qu'un chien problématique, qui a déjà mordu, aura besoin d'un propriétaire qui «connaît la race», c'est aussi une forme de discrimination. Ce n'est pas la race qui a fait qu'il a mordu. Et comment encadrer la future famille, pour éviter que l'agression se reproduise à nouveau, si on ne reconnaît même pas les causes?

Comment évaluer un chien

Quand un chien mord, on dit qu'il faudrait le faire évaluer. Bonne idée! Mais comment et par qui? Qui a les connaissances pour ça? Qui peut prétendre qu'une évaluation peut lire un chien à 100%? Une évaluation doit être faite avec des approches sécuritaires qui vont faire réagir le chien de façon à voir si ses réactions ont un potentiel de dangerosité. Des endroits disent évaluer les chiens alors qu'ils font simplement observer l'animal. Il y a une bonne différence entre observer et évaluer. L'observation d'un chien ne provoquera pas nécessairement de situations qui le font réagir.

L'évaluation d'un chien n'est jamais concluante à 100%, dépendamment de son âge, son environnement, son état de santé et ses émotions. Son niveau de stress jouera sur ses réactions. Si on amène son chien dans une école de dressage pour une évaluation, il ne réagira pas comme s'il était dans le confort de sa maison. Si on refait l'exercice le lendemain, il se peut même que les résultats diffèrent de ceux de la veille. Un chien peut commencer à devenir réactif à son environnement après plusieurs semaines d'adaptation.

Malgré toute la sécurité, il y aura toujours un risque de blessure si on achète un cheval, un chien, une moto, une voiture ou un rongeur. Mais surtout, il y aura toujours des gens qui, malgré toute la sensibilisation, resteront insouciants des risques. La plupart n'arrivent même pas à décoder le langage de leur animal!

Tout est une question d'interprétation. Si on se met à faire les nouvelles avec des cavaliers qui tombent à cheval, certains augmenteront la sécurité avec ces bêtes alors que d'autres y trouveront de bonnes raisons, preuves à l'appui, pour taire le rêve d'un enfant qui demande un cheval.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer