L'AFÉAS célèbre ses 50 ans

Un grand dîner aura lieu le 11 septembre... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Un grand dîner aura lieu le 11 septembre prochain, à l'hôtel Universel d'Alma, pour célébrer les 50 ans de l'AFÉAS.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Fondée en 1966, l'Association féminine d'éducation et d'action sociale (AFÉAS) célèbre cette année son 50e anniversaire. Malgré le temps qui passe, l'organisme a toujours sa raison d'être et a réussi à évoluer au fil du temps, assure la présidente régionale, Colette Doré.

Un grand dîner aura lieu le 11 septembre prochain, à l'hôtel Universel d'Alma. Quatre «femmes de coeur» y seront honorées et toutes les membres sont conviées. «Nous soulignerons l'implication de quatre dames, qui sont membres de l'AFÉAS depuis pratiquement 50 ans. Il s'agit de femmes des quatre coins de la région», a indiqué Colette Doré, qui planche actuellement à l'organisation du 50e anniversaire.

L'organisme a été créé en 1966, sous le nom de l'Union catholique des femmes rurales (UCFR). À ses tous débuts, la mission était de réunir des femmes au foyer, afin qu'elles puissent échanger entre elles. Au fil des ans, l'UCFR s'est transformée comme on la connaît aujourd'hui sous le nom d'AFÉAS.

«Si, au début, nos membres étaient surtout des femmes à la maison, aujourd'hui, nous sommes plutôt des retraitées. Les femmes travaillent et ont un horaire chargé, avec leur vie personnelle et professionnelle. Nous avons adapté l'organisme en offrant des activités et des formations. Par exemple, on éduque les femmes sur des sujets d'actualités qui les touchent, comme la violence conjugale, les congés de maternité, les horaires de travail, l'achat local, etc.», explique Colette Doré.

Jeunes femmes

Bien que les membres sont pour la plupart des dames d'un âge vénérable, la présidente régionale affirme que l'organisme aimerait également accueillir des jeunes femmes. «Nous avons des jeunes retraitées âgées dans la cinquantaine, mais c'est certain qu'on aimerait avoir des jeunes femmes, mais nous comprenons qu'avec le rythme de vie d'aujourd'hui, c'est plus difficile», souligne Mme Doré.

Dans la région, l'AFÉAS compte 2035 membres. Outre les formations, des activités de tissage et de tricot sont également organisées et connaissent un regain de popularité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer