Un second succès pour Glisse en ville

Les coordonnateurs Jean-Sébastien et Charles Boudreault sont bien... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les coordonnateurs Jean-Sébastien et Charles Boudreault sont bien fiers de cette deuxième édition.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les sourires étaient à l'honneur, samedi après-midi, lors de la deuxième édition de Glisse en ville. Jeunes et moins jeunes se sont rassemblés sur la rue Racine pour s'amuser sur l'énorme glissade d'eau.

«J'ai vraiment aimé ça, c'est une belle expérience! Il fait vraiment chaud dehors, c'est une super belle journée!», raconte Theodora Bajkin, rencontrée sur place tout juste après sa descente.

Elle et son amie, Andréanne Lefebvre, toutes deux en costumes de bain et avec une bouée à la main, profitaient de cette deuxième édition pour refaire la glissade, puisqu'elles ont adoré l'activité l'année dernière.

«C'est plaisant qu'on ait ça au Saguenay, ajoute Andréanne. On n'a pas besoin d'aller loin pour profiter de Glisse en ville!»

Même si la rue Racine n'était pas aussi pleine qu'en 2015, les organisateurs de l'activité étaient très satisfaits. «On a eu des mini imprévus au tout début, mais tout s'est arrangé! Après ça, la journée s'est déroulée sous le signe du zen et avec une température de 30 °C, c'est parfait!», raconte l'un des coordonnateurs, Jean-Sébastien Boudreault.

Selon lui, l'évènement est le seul au Saguenay qui s'adresse spécifiquement à toute la famille, tant aux enfants qu'aux parents, ce qui explique son succès.

«Peu importe l'âge qu'on a en partant en haut, on a sept ans en arrivant en bas», ajoute en riant le coordonnateur Charles Boudreault.

D'après eux, la réussite de la première édition a permis de créer un engouement pour l'édition 2016. Ils ont tout de même cherché à innover, en créant par exemple la Grande glisse de nuit, qui s'est déroulée de 21 h à 23 h. Toutes les lumières de la rue Racine étaient fermées, alors que la glissade avait son propre éclairage.

Quant à une prochaine édition, les organisateurs estiment qu'elle est nécessaire. «C'est sûr qu'il va y en avoir une! Si on ne le fait pas, j'aimerais savoir à qui c'est la faute!», plaisante Charles Boudreault.

«On a créé un monstre, continue son associé. On n'a pas le choix de faire une troisième édition!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer