Pexal Tecalum ne convenait pas

L'usine Raufoss, du groupe autrichien Neuman Aluminium, s'approvisionne... (Photo courtoisie)

Agrandir

L'usine Raufoss, du groupe autrichien Neuman Aluminium, s'approvisionne en aluminium extrudé auprès d'usines d'Ontario et des États-Unis.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'usine de pièces automobiles en aluminium Raufoss de Boisbriand, qui vient d'annoncer un projet d'expansion de près de 50 M$, ne peut s'approvisionner en aluminium extrudé au Québec. Elle avait déjà eu des discussions avec l'usine d'extrusion Pexal Tecalum d'Alma, qui ne pouvait répondre aux besoins spécifiques de l'entreprise.

L'usine Raufoss, du groupe autrichien Neuman Aluminium, s'approvisionne en aluminium extrudé auprès d'usines d'Ontario et des États-Unis. «On sait qu'une bonne partie de leur aluminium vient probablement du Québec. Mais on n'a pas le contrôle sur la provenance de la matière première qui sert à faire les billettes d'extrusion pour nous», souligne le directeur de l'usine de Boisbriand, Jean Meredith, lors d'un entretien avec Le Progrès-Dimanche.

L'aluminium extrudé utilisé par l'usine de pièces automobiles doit répondre à des critères de qualité précis et aux normes strictes de l'industrie automobile.

«Il n'y a pas beaucoup d'extrudeurs au Québec. Si on pouvait avoir un fournisseur du Québec à prix compétitif, c'est certain qu'on regarderait de ce côté-là», ajoute le directeur.

Les pièces automobiles en aluminium, plus légères que celles en acier, mais plus coûteuses, doivent être livrées au prix le plus compétitif pour séduire de plus en plus de constructeurs automobiles. «Il n'y a personne qui fait ce qu'on fait au Canada, alors chaque cent compte.»

De 5000 à 10 000 tonnes

L'usine Raufoss de Boisbriand, qui a des besoins d'approvisionnement en aluminium de l'ordre de 5000 tonnes par année, doublera son volume au terme du projet d'investissement qui devrait arriver à terme d'ici trois à quatre ans. Le projet est soutenu financièrement par Développement économique Canada et Investissement Québec.

Des discussions ont déjà eu lieu entre Pexal Tecalum et l'usine de pièces automobiles, indique M. Meredith. Il s'est avéré que l'usine d'extrusion almatoise ne pouvait répondre aux besoins de Raufoss. «Ça n'entrait pas dans le type de produits qu'ils pouvaient faire», précise-t-il.

L'usine d'Alma de Pexal Tecalum, qui propose ses services dans les domaines de l'architecture, de l'industriel, du transport et des produits de consommation, se démarque plutôt sur le marché par sa capacité à concevoir des pièces d'extrusion allant jusqu'à 60 pieds.

Rappelons que la jeune usine d'extrusion, qui est entrée en opérations à l'été 2015, est maintenant en arrêt de production depuis plus d'une semaine, en raison s'un conflit entre les actionnaires et des problèmes financiers.

Pexal Tecalum Canada est une entreprise incubée qui est le fruit d'un partenariat international avec l'entreprise espagnole d'extrusion Tecalum. L'entreprise est chargée d'opérer le Centre de transfert en extrusion appartenant au Centre d'entrepreneuriat et d'essaimage de l'Univeristé du Québec à Chicoutimi (CEE-UQAC), construit en majeure partie grâce à des fonds publics.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer