Simard réplique à Gaudreault

Serge Simard a parlé aux dirigeants de l'aluminerie... (Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Serge Simard a parlé aux dirigeants de l'aluminerie Alouette.

Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le député de Dubuc, Serge Simard, croit que la nouvelle laissant entendre une possible implantation de la technologie AP60 dans la troisième phase d'expansion de l'Aluminerie Alouette de Sept-Îles est une tempête dans un verre d'eau. Il déplore également la sortie du député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qu'il qualifie d'«intempestive».

Plus tôt cette semaine, le président du syndicat de l'Aluminerie Arvida, Alain Gagnon, affirmait que le Saguenay-Lac-Saint-Jean avait été «utilisé» par Rio Tinto, après avoir appris qu'Alouette prévoyait implanter la technologie AP60 dans ses installations de Sept-Îles. La technologie AP60 a été développée au Complexe Jonquière, ce qui a soulevé l'inquiétude de plusieurs acteurs régionaux au cours de la semaine, dont Alain Gagnon, le maire de Saguenay Jean Tremblay et le député de Jonquière Sylvain Gaudreault.

De son côté, la direction de Rio Tinto, qui détient 40% des parts d'Alouette, a tenu à préciser que le projet n'était encore qu'à l'étape d'étude de préfaisabilité.

Serge Simard surpris

Dans l'édition du Quotidien de samedi, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, accusait le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, d'avoir «abandonné» la région. Il demandait également des explications à la multinationale, afin de comprendre pourquoi le marché régional n'est pas aussi favorable aux investissements que celui de la Côte-Nord.

«C'est désolant de la part de Sylvain Gaudreault d'alarmer la population de la sorte. J'ai été surpris, parce que ce n'est pas son genre de faire de telles sorties sans vérifier les informations», a indiqué le député libéral, samedi, lors d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.

Il affirme avoir discuté avec les directions de Rio Tinto et d'Alouette au cours des derniers jours. «On m'a dit que cette possible implantation n'était qu'en phase de préfaisabilité. Il n'est pas question d'investir encore. On est loin de ça. Ça ne veut pas dire non plus que les projets dans la région sont compromis. Et, surtout, je veux dire à M. Gaudreault que le gouvernement est à l'affût de ce qui se passe», a affirmé Serge Simard.

Sylvain Gaudreault affirmait également que le gouvernement devait rapidement doter la région d'une politique industrielle claire et que le Sommet économique de juin 2015 n'était qu'un «show boucane».

«La région ne s'est pas développée sous le règne du Parti québécois et nous avons maintenant le meilleur taux de chômage depuis des décennies. Et il y aura des rapports du Sommet économique à l'automne. Sylvain Gaudreault se trompe dans ses allégations. Et c'est triste de dire que le Sommet économique est un ''show boucane'' quand on sait très bien que ce sont des gens de la région qui travaillent fort là-dessus», a ajouté le député de Dubuc.

Le 28 juillet, Alouette a annoncé vouloir ajouter quelque 240 cuves de type AP60, ce qui permettrait d'augmenter sa production annuelle de 400 000 tonnes d'aluminium. Si tout se déroule comme prévu, le projet pourrait aller de l'avant en 2017, a fait valoir le président directeur général de l'Aluminerie Alouette, Claude Bélanger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer