Les Frères quitteront le Juvénat

La fermeture officielle du Juvénat Saint-Jean de Dolbeau-Mistassini... (Photo Le Progrès-Dimanche, Isabelle Tremblay)

Agrandir

La fermeture officielle du Juvénat Saint-Jean de Dolbeau-Mistassini a été annoncée en mai dernier. La baisse de la clientèle explique cette décision de la Corporation du Juvénat.

Photo Le Progrès-Dimanche, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Une importante page de l'histoire de Dolbeau-Mistassini se tourne alors que les six derniers Frères de l'Instruction chrétienne (FIC) s'apprêtent à laisser définitivement le Juvénat Saint-Jean. Les religieux quitteront d'ici la fin du mois la grande maison d'enseignement qu'ils ont fondée en 1948.

Le Juvénat Saint-Jean de Dolbeau-Mistassini n'abritera plus les... (Photo Le Progrès-Dimanche, Isabelle Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Le Juvénat Saint-Jean de Dolbeau-Mistassini n'abritera plus les Frères de l'Instruction chrétienne dès la fin du mois. À l'arrière, on reconnaît les frères Robert Larouche, Venant Paquette et Noël Marcil. Au centre, on retrouve Marcellin Perron et Maurice Cartier. À l'avant, figure Robert Larouche.

Photo Le Progrès-Dimanche, Isabelle Tremblay

Sereins, les hommes âgés de 48 à 83 ans ont tout fait pour sauver le bâtiment et sa vocation, mais en vain. Il y a quatre ans, ils ont fait don de leur oeuvre à la Corporation du Juvénat. Depuis ce moment, ils étaient locataires de l'endroit et ont versé des contributions financières importantes pour éviter la fermeture de l'école secondaire privée. Seule une hausse de la clientèle aurait pu éviter ce scénario. À la fin de la dernière année scolaire, 84 jeunes fréquentaient le Juvénat. Pour en assurer sa rentabilité, il aurait fallu que le nombre d'élèves grimpe à 200.

«Les gens d'ici trouvent ça terrible et nous disent que ça n'a pas de bon sens. Nous étions une bonne école de formation. On nous demande ce qu'il adviendra de la bâtisse, mais nous ne le savons pas encore. Les lieux ne nous appartiennent plus. Une décision sera prise par les administrateurs de la corporation», a affirmé le frère Noël Marcil. L'implantation d'une école entrepreneuriale est dans l'air, mais aucune annonce officielle n'a été effectuée.»

«Notre deuil est fait. L'avenir était incertain pour nous ici. Le pire choc fut lorsque nous avons appris officiellement en mai dernier que la maison fermait. On s'y attendait, mais ce fut tout de même un dur coup», a ajouté Marcellin Perron.

Le frère Perron et deux de ses collègues emménageront dans une maison du secteur Dolbeau. Deux des religieux intégreront leur maison-mère, soit le Collège Jean de la Mennais situé sur la Rive-Sud de Montréal. Pour sa part, le cadet du groupe a opté pour le Juvénat Notre-Dame du Saint-Laurent. «J'ai étudié à cet endroit et j'étais pensionnaire. Je connais des gens alors c'est un retour aux sources pour moi», a mentionné Roger Gosselin.

Les Frères de l'Instruction chrétienne se sont implantés au nord du Lac-Saint-Jean lors de la fondation de Dolbeau. Ils y ont ouvert l'école de Saint-Tharcisius. En 1948, ils ont fait l'acquisition d'une vaste étendue de sable qui longeait la rivière Mistassini, dont la superficie initiale était de huit kilomètres carrés. Ils y ont érigé leur demeure. L'endroit était immense. La terre se situait du quai de débarquement jusqu'à l'entrée de la municipalité.

«Nous avions de grands champs de patates ainsi qu'une ferme sur laquelle on élevait des porcs et des poules. C'était pour fournir la nourriture aux pensionnaires de la maison», ont raconté les membres de la congrégation. Au fil des ans, la communauté s'est départie de sections de terres.

À l'époque, le Juvénat Saint-Jean accueillait quelque 350 jeunes. Jusqu'à la fin des années 60, seuls les garçons y étaient admis.

La fermeture officielle de ce monument porte à deux le nombre de juvénats de cette congrégation religieuse au Québec. La grande famille des Frères de l'Instruction chrétienne dénombre actuellement 129 religieux répartis à travers le monde, dont 103 au Québec. Leur moyenne d'âge est de tout près de 82 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer