Sonia Côté proclame la trêve

Francine Lavoie, présidente de Loge M'entraide, accompagnée de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Francine Lavoie, présidente de Loge M'entraide, accompagnée de la coordonnatrice, Sonia Côté, ont décrété une trêve dans les moyens de pression pour le financement de la Coopérative la Solidarité.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'organisme Loge m'entraide, sa coordonnatrice Sonia Côté et sa présidente Francine Lavoie proclament la trêve dans le combat qu'ils mènent pour obtenir 745 000$ en rabais de taxes étalés sur 25 ans, ce qui permettrait de donner le coup d'envoi au projet de coopérative d'habitation La Solidarité de Jonquière.

Après la tenue de cinq sit-in silencieux en présence des élus de Saguenay, la récolte de 80 000$ provenant de divers milieux, la signature d'une pétition par 5600 citoyens et 55 lettres d'appuis, l'organisme n'a pu faire infléchir le maire Jean Tremblay qui refuse toujours de répondre aux attentes d'une douzaine de familles jonquiéroises. Face à la situation, Loge m'entraide tente une nouvelle approche dans sa stratégie en décrétant une trêve de deux mois au cours de laquelle aucun sit-in ou manifestation n'aura lieu, a déclaré Mme Côté en conférence de presse.

L'objectif avoué de cette trêve est d'inciter le maire à ouvrir un nouveau dialogue afin de trouver une solution au financement du projet. L'organisme entend développer un effort supplémentaire en sollicitant de nouveau le milieu formé de gens d'affaires, de communautés religieuses et de donateurs particuliers afin qu'il puisse effectuer des dons minimaux de 5000$ permettant d'abaisser la contribution municipale. Jusqu'à maintenant, les 11 donateurs et la somme de 80 000$ permettraient d'abaisser la contribution municipale à 745 000$, a indiqué Mme Lavoie.

Interrogée sur la possibilité que le projet puisse obtenir du financement autre que celui de la ville, Mme Côté mentionne que tous les trois mois, le député libéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, est rencontré. Dans le dernier budget, le fédéral a annoncé des millions$ disponibles qui seront distribués aux provinces via le programme Accès Logis. «Dès qu'on aura un signal clair du maire à l'effet que la ville veut contribuer, on procédera aux demandes de subvention. Plus on attend, plus on risque de perdre des subventions.»

Elle ajoute que Saguenay se doit d'investir dans le logement social en vertu de la présence de façon obligatoire d'une somme de 256 000$ provenant du fonds de développement social.

Loge m'entraide soutient qu'en 18 ans d'existence, il a contribué à la construction de 87 logements sociaux, mais qu'il n'est pas le seul organisme à revendiquer de l'aide puisque d'autres oeuvrant dans l'aménagement de logements pour personnes âgées sollicitent des deniers publics. Selon Mme Côté, en vingt ans, 491 logements sociaux se sont ajoutés sur le territoire de Saguenay. «Le maire a toujours été en faveur du logement social. Saguenay est un leader au niveau du logement social. On ne sait pas si pour le prochain maire, le logement social sera une priorité, mais aujourd'hui on demande au maire de nous donner un nouveau coup de pouce.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer