Société de l'ordre du bleuet : dix nouveaux membres élus

Jayanta Guha est l'une des dix personnalités du... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Jayanta Guha est l'une des dix personnalités du monde artistique à avoir été reçues membres de la Société de l'Ordre du Bleuet samedi soir. Pour celui qui est originaire de l'Inde, l'honneur qui lui est fait témoigne de la grande ouverture au monde des gens de la région.

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La Société de l'Ordre du Bleuet tenait la septième édition de son gala honorifique à la salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob samedi soir. Dix nouvelles personnalités se sont inscrites sur la liste des membres de l'organisation. Du nombre, Jayanta Guha, un Bleuet d'adoption, qui considère cet honneur comme un véritable témoignage de l'ouverture des gens de la région.

«Depuis que je suis ici, j'ai toujours dit que les gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont un esprit d'ouverture extraordinaire envers le monde. C'est pour cette raison que l'Ordre n'a pas hésité à choisir quelqu'un qui vient de loin», estime Jayanta Guha. «Par cet honneur, on me dit: ''Tu fais partie de la grande famille du Saguenay-Lac-Saint-Jean ''». Ça me touche beaucoup. Trois néo-Québécois sont nommés cette année. C'est un message très fort.»

Originaire de l'Inde, Jayanta Guha est arrivé à Montréal en 1968 pour participer à un projet de recherche de l'Université de Montréal. Deux ans plus tard, après avoir reçu de nombreuses offres d'emploi de partout dans le monde, c'est à Saguenay que le géologue a choisi de s'installer.

«Le département des sciences de la terre venait de s'établir. On m'a invité à visiter l'université et la région. J'ai trouvé le défi de bâtir quelque chose à partir de zéro intéressant et j'ai été ébloui par la région. Je n'ai jamais regretté mon choix. C'est un paradis pour un photographe», affirme celui qui a grandi à Calcutta. «Les grandes villes, ça va pour quelques jours, mais la qualité de vie en région, c'est inestimable.»

L'artiste multidisciplinaire et scientifique est même convaincu que vivre à Chicoutimi lui a permis d'exploiter davantage son côté artistique. «Ici, ça ne prend que cinq minutes pour trouver un endroit pour faire de la photo. La proximité à l'université nous permet également d'échanger. C'est pourquoi j'ai été invité à former un groupe multiethnique, qui est devenu Mosaïque, en 1993 dans le cadre de la Folko-fête internationale. Je suis convaincu que je ne l'aurais pas fait ailleurs.»

Même s'il se considère comme un Bleuet d'adoption, «un Bleuet avec un accent», jamais Jayanta Guha n'aurait songé voir son nom ajouté à la liste des membres de l'Ordre du Bleuet.

Pour lui, l'honneur est la cerise sur le gâteau d'une année riche en activités.

Après un voyage à Calcutta avec le groupe Mosaïque, puis la sortie de l'album Folk Fusion, il présente l'exposition de photos Petit matin au centre national d'exposition de Jonquière jusqu'au 26 juin. Le 23 juillet, Mosaïque se produira avec le chanteur et musicien Surojit, vedette du Bengale, à la salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob.

«Je pense que ça va être mémorable. C'est une année incroyable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer