Projet de passerelle flottante

Le maire de Roberval Guy Larouche s'inspire de... (Photo tirée d'Internet)

Agrandir

Le maire de Roberval Guy Larouche s'inspire de la passerelle flottante de Joliette pour élaborer son projet.

Photo tirée d'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Une passerelle flottante de 400 pieds de longueur pourrait être aménagée à moyen terme, sur le lac Saint-Jean, à Roberval.

Elle relierait les installations de la marina et se rendrait jusqu'aux rives se situant derrière la bâtisse qui abritait la Maison funéraire Harvey, sur le boulevard Saint-Joseph. Conscient que l'aboutissement d'un tel projet ne se réalisera pas du jour au lendemain, le maire Guy Larouche cogite déjà sur cette éventualité et il documente son dossier.

Le circuit cyclable entre l'Hôpital de Roberval et la marina offre déjà une vue imprenable sur le Piékuagami. Mais cette passerelle permettrait aux utilisateurs de la Véloroute des bleuets de bonifier considérablement leur expérience. L'idée n'émane pas du conseil municipal. Le maire Larouche effectue ses devoirs avant de présenter un projet concret aux autres élus. «Il faut être structuré. Je prends le temps de rêver et d'avoir des idées», dit-il, avec enthousiasme.

«Une passerelle du genre a été aménagée à Joliette et j'ai vu ça pour la première fois aux Assises de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), en mai dernier. J'ai tellement trouvé l'idée géniale. C'est un wow à coup sûr. Tous les gens à qui j'en parle sont enchantés par l'idée», commente l'élu.

Un tel aménagement nécessiterait des investissements de quelque 200 000$. Plusieurs ententes seraient nécessaires pour que la future passerelle flottante puisse être aménagée. «Ce sera envisageable à partir du moment où l'ancienne prison sera démolie. Dès ce moment, ça risque de débouler.»

Le magistrat ne cache pas qu'il a commencé à entreprendre des discussions pour mener à des ententes. D'ailleurs, celles-ci se sont concrétisées en sa faveur. «C'est très positif. Il faudra intervenir auprès du ministère de l'Environnement. Nous devrons échanger avec Rio Tinto et les gens d'affaires concernés», ajoute le Robervalois. «Il est trop tard pour cette année, c'est évident. Mais il faut bien se préparer», conclut-il.

Colloque sur les arts

Par ailleurs, le maire Guy Larouche souhaite que Roberval soit l'hôte de l'édition 2018 du Colloque du réseau Les Arts. Le dossier a fait l'objet d'échanges au sein de l'administration Larouche et tous s'entendent pour dire qu'un tel événement engendrerait des retombées économiques considérables.

«Ce colloque regroupe environ 500 personnes. Sur le plan culturel, Roberval est un pôle au Saguenay-Lac-Saint-Jean. On se démarque aussi à travers la province avec notre programmation de spectacles, le Théâtre Mic-Mac, le Circuit patrimonial, le Circuit des bronzes, l'Exposition maritime et les Vitrines Musée.»

Le Colloque du réseau Les Arts regroupe généralement quelque 500 participants.

Et deux autres dans la MRC Maria-Chapdelaine

La première passerelle qui permettra de réaliser le lien intégrateur de la MRC Maria-Chapdelaine sera construite cet automne.

Le projet prévoit la construction de deux passerelles; une sur la rivière Mistassibi et Rivière-aux-Rats.

Les élus ont accordé le contrat à une firme mercredi lors de la séance publique du conseil de la MRC. Cet ouvrage qui servira au passage de motoneiges, quads et vélos nécessite un investissement de 1,5 M$. C'est la Société de l'Énergiecommunautaire qui construit une minicentrale sur la rivière Mistassini qui paye la passerelle en guise de compensation.

Les élus vont de l'avant avec sa construction même s'ils attendent toujours une réponse concernant des subventions pour financer ce projet de lien intégrateur évalué à 6 M$. Ce lien consiste à un sentier multi-usage qui permettra notamment de développer le tourisme de motoneige dans le Haut du lac.

«Ce 1,5 M$ payé par la Société d'énergie communautaire est considéré comme une contribution du milieu applicable à l'obtention de la subvention. Si la réponse tarde trop, on va retirer 1,5M$ à notre demande pour ne pas prendre du retard sur l'échéancier», a expliqué le préfet Jean-Pierre Boivin.

Louis Potvin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer