Les délais exaspèrent la direction

Philippe Couillard... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La première pelletée de terre qui mènera à la construction de la Maison Le Chêne Saguenay, à Arvida, est prévue pour le 21 juin. Le conseil d'administration de la future résidence de soins palliatifs de 12 lits craint toutefois un retard, puisque l'organisation a récemment appris qu'une demande de modification au règlement de zonage devait être analysée par l'arrondissement de Jonquière.

Le projet de regroupement des soins palliatifs au Saguenay a été officialisé en conférence de presse l'automne dernier par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Les conseils d'administration des maisons Notre-Dame (Chicoutimi) et Le Chêne (Jonquière) ont mis de côté leurs vieilles rancunes et se sont regroupés. La nouvelle entité est fin prête à aller de l'avant. Les plans et devis ont été finalisés le 27 avril et une demande de permis de construction a officiellement été acheminée à la Ville le 9 mai, a appris Le Progrès-Dimanche. Le terrain où sera construite la maison, offert gracieusement et situé juste à côté du CHSLD Deschênes, se trouve dans un secteur où seuls des immeubles de haute densité, soit de deux à quatre étages, peuvent être érigés. La future résidence sera construite sur un seul plancher. Le C.A. a appris avec surprise que le permis ne serait pas livré avant l'adoption de six dérogations par le conseil d'arrondissement de Jonquière. Les membres jonquiérois de l'administration regroupée, qui militent depuis des années pour l'implantation d'une maison de soins palliatifs sur leur territoire, ont hâte de pouvoir aller de l'avant.

«On nous remet toujours à plus tard pour toutes sortes de choses. Les gens sont très déçus et ils viennent qu'ils n'y croient plus. On ne peut pas faire une pelletée de terre si on n'a pas les permis nécessaires», a déclaré une source proche du dossier, qui ne veut pas être nommée.

Une fois le nouveau bâtiment inauguré, la Maison Notre-Dame-du-Saguenay sera vendue. Des parties intéressées à acquérir la résidence, notamment la Fondation Jean-Allard pour l'autisme, l'ont visitée, mais ont conclu que la bâtisse n'est pas adaptée aux besoins de leur projet. La maison pourrait accueillir une ressource intermédiaire (RI) administrée par un privé lié par entente au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS). Les produits de la vente iraient dans les coffres de la Maison Le Chêne. On sait qu'un montant d'environ 1 million $ reste à trouver pour boucler le budget nécessaire à l'implantation de la résidence. La Maison Notre-Dame est payée et sa valeur, selon le rôle d'évaluation en vigueur, atteint 700 000$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer