L'environnement doit émettre un avis

Avant de commencer les travaux qui mèneront à... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Avant de commencer les travaux qui mèneront à l'ouverture de la rue de Vienne sur la rue Saint-Hubert, à Jonquière, Saguenay doit obtenir un avis favorable de la part du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Les travaux qui mèneront à l'ouverture de la rue de Vienne sur la rue Saint-Hubert, à Jonquière, ne pourront aller de l'avant tant que le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELC) n'aura pas émis un avis favorable en ce sens à la Ville.

Rencontré la semaine dernière à l'assemblée extraordinaire de l'arrondissement de Jonquière et invité à faire le point dans ce dossier, le conseiller municipal responsable de ce secteur, Réjean Hudon, a précisé que la balle était dans le camp des ministères des Transports et de l'Environnement. Cet hiver, des employés de la Ville ont déplacé les poteaux électriques d'Hydro-Jonquière afin de paver la voie aux travaux. Au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), la porte-parole, Véronick Lalancette, a précisé qu'un permis d'intervention a été émis à la Ville le 7 mars. Bien que les rues de Vienne et Saint-Hubert soient sous le giron de Saguenay, le ministère a son mot à dire et doit s'assurer du respect des normes en matière de sécurité et de fluidité puisque l'intersection est située à quelques mètres de l'accès à l'autoroute 70.

Saguenay doit remplir certaines conditions avant d'entreprendre les travaux, dont l'obtention d'un avis favorable de la part du ministère de l'Environnement concernant une demande de modification au certificat d'autorisation original.

«Ce certificat avait été émis au MTQ par l'environnement en août 2000, lors de la construction de l'écran antibruit sur la rue Saint-Hubert», rappelle Véronick Lalancette. Saguenay doit également fournir les résultats d'une étude du climat sonore au ministère de l'Environnement avant de pouvoir commencer à creuser.

On se rappellera que l'ouverture de la rue de Vienne sur Saint-Hubert a provoqué un véritable débat à Jonquière l'an dernier, alors que des citoyens du quartier de la Petite-France se sont vivement opposés au projet. Saguenay a dû tenir un référendum, lequel s'est soldé par une victoire du oui. Il s'agissait de l'option privilégiée par le conseiller Hudon, qui en avait fait un enjeu électoral en 2013. Des citoyens ont d'ailleurs déploré l'implication du conseiller dans le dossier, lui qui a fait du porte-à-porte pour inciter les citoyens favorables au projet à aller voter. Réjean Hudon a toujours maintenu que ce projet était essentiel afin d'assurer la fluidité de la circulation dans ce secteur et que la sécurité des résidants ne serait pas compromise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer