Saguenay propose la fusion

Les membres du conseil d'administration du Centre plein... (Archives, Le Progrès-dimanche)

Agrandir

Les membres du conseil d'administration du Centre plein air du Portage, à Laterrière, ont appris avec stupéfaction le projet de fusion proposé par la Ville, plus tôt cette semaine.

Archives, Le Progrès-dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Saguenay souhaite fusionner le Centre plein air du Portage, à Laterrière, et le Centre multisports Nazaire-Girard. L'objectif est de créer une seule structure administrative pour regrouper l'ensemble des services dispensés aux citoyens du secteur.

La nouvelle a été annoncée au conseil d'administration de l'organisme en début de semaine par le directeur de l'arrondissement de Chicoutimi, André Martin. Les administrateurs, qui ont craint la cession des actifs au privé par la Ville en 2011, et qui ont appris la mise en vente des deux chalets du centre au printemps dernier par l'entremise des médias, ont été piqués au vif. Au cours d'un entretien téléphonique, le président de l'arrondissement, Jacques Fortin, a confirmé que le directeur Martin a été reçu «avec une brique et un fanal» par la direction de l'organisme sans but lucratif (OSBL) lundi soir.

Une seconde rencontre tenue mercredi, à laquelle a participé le conseiller du secteur, Luc Blackburn, a tempéré la situation. L'échevin laterrois a pu expliquer les tenants et aboutissants de son projet.

La présidente du conseil, Marie-Ève Gravel, a admis qu'elle et ses collègues ont été animés d'une certaine méfiance lorsqu'ils ont appris les intentions de la Ville. Une lettre faisant état des inquiétudes des dirigeants a été acheminée aux autorités municipales dès mardi. Avec le recul, le C.A. n'est pas contre le projet, mais ses membres veulent obtenir l'assurance que le Centre plein air, seul point d'accès à l'est du lac Kénogami, demeurera à la portée des citoyens. De plus, Marie-Ève Gravel et ses collègues souhaitent travailler en collaboration avec la Ville pour que l'organisme puisse conserver la gestion des lieux.

«On n'est pas contre le regroupement des services, mais c'est arrivé à un moment où on ne s'en attendait pas. C'est certain qu'on a une certaine méfiance envers la Ville, surtout parce qu'au cours des quatre dernières années, on n'a pas été consultés du tout. Nous avons dû déposer une pétition au conseil pour empêcher la vente de la base plein air du Portage. Et quand on a appris dans les journaux que les chalets seraient vendus, ce qui constitue une perte importante de revenus pour nous, on a été échaudés», a fait valoir la présidente. Marie-Ève Gravel dit avoir reçu la promesse que l'administration en place ne serait pas «tassée» lors de la création de la nouvelle structure. Celle-ci ne verra pas le jour avant l'automne.

Une âme pour Laterrière

Le conseiller municipal Luc Blackburn veut mobiliser tous les bénévoles au sein d'une structure unique qui deviendra «l'âme de Laterrière». L'échevin fait part de son désir de «travailler ensemble dans une perspective de développement global et durable».

«Je leur ai partagé mon idée de regrouper tous ces gens-là dans une même structure pour que tout le monde s'unisse et travaille ensemble. Je veux que les gens restent. Je veux des bénévoles et je veux qu'il y ait des comités de travail regroupés sous une même entité», a expliqué Luc Blackburn, lorsque questionné par Le Progrès-Dimanche.

Le conseiller précise qu'une ressource sera fournie par la Ville afin de définir le nouveau cadre de gestion.

Quant à la vente du Centre plein air du Portage, Luc Blackburn assure qu'il n'en est absolument pas question. Il réfute aussi l'hypothèse selon laquelle le projet de fusion serait motivé par les difficultés financières du Centre multisports Nazaire-Girard, construit au coût de 5 millions $ il y a trois ans.

«C'est un nouvel organisme. Quand on démarre, on se fie sur d'autres organismes semblables pour établir des prévisions budgétaires. On est en démarrage et la situation financière va très bien», poursuit le conseiller, qui estime que le regroupement faciliterait la gestion des activités et des budgets octroyés à diverses organisations laterroises.

Marie-Ève Gravel souhaite de tout coeur que le Centre plein air du Portage continue d'attirer les visiteurs et que les citoyens s'approprient les installations. Avant l'annonce de la fusion projetée, la direction planchait sur un projet d'aménagement d'un petit camping sauvage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer