Lancement de la saison de motocross: excellente participation

Environ 130 participants ont lancé la saison du... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Environ 130 participants ont lancé la saison du circuit régional de motocross, samedi, à Ferland-et-Boilleau.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le circuit de motocross du Saguenay - Lac-Saint-Jean a lancé sa nouvelle saison sur le site de Ferland-et-Boilleau, samedi, avec quelque 130 inscriptions dans 10 catégories offertes, l'une des meilleures cuvées des dernières années.

Les deux principaux organisateurs, Mario Tremblay et Rémy Labeaume, se sont réjoui de la réponse des amateurs, attribuable selon eux à la popularité du circuit de Ferland-et-Boilleau.

« C'est une piste sécuritaire, malgré que ce soit un sport dangereux, et c'est super bien entretenu, a louangé le vice-président Mario Tremblay. Ça fait plusieurs années qu'on vient ici, on est bien accueilli et c'est toujours sur la ''coche''. C'est la course de l'année où tout le monde s'amuse. »

Mario Tremblay et Rémy Labeaume ont avoué qu'il y avait toujours une petite inquiétude avant le lancement officiel de la saison, dans le sens qu'ils ont hâte de voir si les participants vont se présenter. Maintenant que c'est chose faite, ils espèrent maintenant également attirer de nouveaux adeptes.

« Environ 70 pour cent des participants sont les mêmes que les dernières années, a indiqué Mario Tremblay. Ça serait le fun d'attirer des nouveaux coureurs qui veulent venir essayer ce qu'est de vivre une compétition. On en a déjà, mais c'est parfois difficile de les garder toute la saison. On aimerait qu'ils restent avec nous, mais on est conscient que la question du budget et du temps entrent en ligne de compte. »

La prochaine tranche du circuit régional de motocross est prévue dans deux semaines, soit le 11 juin à L'Ascension. La plupart des étapes sont d'ailleurs espacées par une semaine de repos, un élément apprécié par les coureurs selon Mario Tremblay.

Vitesse, sauts et poussière étaient au rendez-vous pour... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Vitesse, sauts et poussière étaient au rendez-vous pour la première tranche du circuit régional de motocross, samedi, sur le site de Ferland-et-Boilleau.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Une histoire de passion

Le propriétaire de la piste de motocross de Ferland-et-Boilleau, Gilbert Gagnon, est un véritable passionné. En plus de recevoir la centaine de coureuses et coureurs pour la première tranche du circuit régional depuis 2004, l'homme de 59 ans était encore du départ, samedi, dans la catégorie junior vétéran.

Même s'il concède que la retraite commence à faire partie de ses pensées, M. Gagnon est toujours aussi galvanisé par le sport. Cette motivation à continuer est notamment due au grand respect des participants qui affluent sur le site depuis plus de 10 ans.

«Les coureurs sont d'une gentillesse et ils sont conscients qu'ils sont sur un terrain privé, a soutenu le propriétaire, lui qui, de mémoire d'homme, a participé à sa première course en juin 1974. Il n'y a absolument rien qui traîne par terre et c'est comme ça tout au long de la journée. Ils sont vraiment respectueux des consignes à respecter.»

Gilbert Gagnon a également souligné la bonne entente avec les voisins les plus près du site, afin de s'assurer que le bruit ne les dérange pas trop. Au passage, il a fait savoir que la première tranche du circuit régional de motocross était l'une des plus grosses activités de l'année dans la petite municipalité.

Outre pour la journée de samedi, la piste de Ferland-et-Boilleau est ouverte les mardis soirs en juin, en plus de deux samedis au cours de ce mois. En juillet, M. Gagnon ferme son site. «Ça permet aux autres d'aller ailleurs et d'essayer d'autres pistes», a-t-il conclu.

David Tremblay transmet sa passion pour le motocross... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

David Tremblay transmet sa passion pour le motocross à son fils Alex, âgé de sept ans.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

David Tremblay prépare sa relève

Une fois de plus perçu comme l'un des principaux prétendants au titre cette saison dans la catégorie Open, David Tremblay souligne lui-même qu'il n'a plus grand-chose à prouver sur le circuit régional de motocross. Sa motivation est maintenant de voir évoluer son fiston de sept ans, Alex, qui semble suivre les traces de son paternel après avoir piloté sa première moto dès l'âge de trois ans.

« Si ce n'était pas de lui, je ne pense pas que je continuerais, a partagé l'Almatois de 34 ans. Ça vaut la peine de continuer parce qu'il est vraiment bon. Il va être pas mal meilleur que moi. »

Le jeune garçon, timide devant le journaliste du Progrès-Dimanche, mais passablement dégourdi sur sa moto, a terminé premier dans la catégorie 50 cc, en plus de prendre le deuxième rang dans la classe 65 cc. Alex, qui a assuré ne pas avoir peur lorsqu'il s'élance sur la piste, a dit être attiré par la haute vitesse et les sauts. Un petit mousse qui n'a pas froid aux yeux, à n'en pas douter.

Pour ce qui est du circuit régional de motocross, David Tremblay n'avait que de bons mots à formuler à l'endroit de l'organisation. Selon lui, la qualité des circuits fait en sorte qu'il est maintenant inutile de s'expatrier pour participer à des compétitions.

« Si tu n'as pas de plaisir sur le circuit régional, tu ne vas pas plus en avoir ailleurs, a fait valoir Tremblay. Ça ne vaut pas la peine d'aller à l'extérieur, à part pour ceux qui veulent pousser pour faire une carrière là-dedans, mais encore là, il n'y en a pas beaucoup qui y parviennent. »

David Tremblay entame donc cette nouvelle saison en tant que favori. Ses preuves étant faites, il n'a pas de grandes aspirations, si ce n'est que de s'amuser. Au fil des ans, il a mis la pédale douce sur l'entraînement d'avant-saison.

« J'ai moins d'attentes que les saisons précédentes, a soutenu l'expérimenté coureur. Auparavant, je mettais toute la gomme. Ce sont tous des gars qui travaillent la semaine, tout le monde part égal donc ça fait en sorte que le calibre est plus serré. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer