François Tremblay est de retour

Le conseiller municipal et président de l'arrondissement de... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le conseiller municipal et président de l'arrondissement de La Baie, François Tremblay, est de retour en poste, trois mois après l'incendie qui a ravagé sa résidence et causé la mort de son père.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le conseiller municipal François Tremblay est de retour en poste. Presque trois mois après l'incendie qui a ravagé sa résidence du Chemin des Battures, entraînant avec lui son père, Denis, l'élu a présidé sa première assemblée du conseil d'arrondissement de La Baie mercredi.

Le congé de maladie de l'échevin prenait fin le 5 juin. La direction de l'arrondissement lui avait suggéré un arrêt de travail jusqu'en septembre, mais le père de deux fillettes de cinq et sept ans se sentait prêt à reprendre du service, à son rythme.

«J'ai pris une pause, le temps de retrouver mes esprits et de vivre les funérailles. Il y a des hauts et des bas. La perte de mon père représente une douleur permanente. Une douleur que j'ai isolée pour l'instant parce qu'elle faisait trop mal. Aujourd'hui, je suis en mesure de doser mon engagement quotidien. J'ai la chance de vivre mon deuil à mon rythme et j'ai aussi la chance de m'occuper l'esprit en reprenant mes fonctions de conseiller et de président d'arrondissement. Tout est question d'équilibre», a résumé François Tremblay, à la faveur d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche.

Si la tragédie dont il a été victime continue de l'habiter quotidiennement, François Tremblay se dit prêt à poursuivre son engagement et à amorcer le dernier droit du mandat. Le porte-étendard du district #19 sera-t-il animé de la même énergie qu'avant son départ, lui qui s'est inscrit en faux, à plusieurs reprises, contre l'administration en place?

«J'ai les mêmes convictions qu'avant. Plus que jamais, j'ai réalisé la nécessité d'un véritable changement de gouvernance à Saguenay. La ville n'appartient pas à une poignée d'élus ou de non-élus qui ont aliéné la démocratie en planifiant son développement de façon électoraliste. Après l'élection de 2013, mes valeurs m'ont rapidement imposé de façon naturelle le refus de cautionner un régime politique qui aura réalisé de grandes choses, mais qui s'est malheureusement acharné au pouvoir», exprime le conseiller, qui dit avoir envie de continuer de se tenir debout et de refuser de «cautionner sans questionner».

Ponts coupés

Questionné au sujet de sa relation avec ses homologues de La Baie, Luc Boivin et Martine Gauthier, et du climat politique qui règne à l'arrondissement, François Tremblay indique que la situation n'a pas évolué.

«Les ponts sont coupés, mais on arrive quand même à fonctionner. Il faut reconnaître qu'à la base, nous avons tous les trois été élus comme indépendants. En cours de mandat, ils ont changé leur fusil d'épaule tous les deux et se sont campés en faveur du Parti des citoyens. Je me retrouve donc minoritaire. Encore heureux que les pouvoirs de l'arrondissement soient symboliques», fait valoir le président, qui met en relief le fait que l'ensemble des décisions financières importantes concernant les trois arrondissements de Saguenay sont prises par le comité exécutif, qu'il qualifie de «gouvernement dans un gouvernement».

François Tremblay sera présent au prochain conseil de ville le 6 juin. Il reprend également son implication au sein de divers comités et oeuvres caritatives comme la Maison de l'Espoir, pour laquelle il agit comme président d'honneur de la présente campagne.

Candidat de l'ERD?

François Tremblay réfléchit sérieusement à la possibilité de briguer les suffrages sous la bannière de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) en novembre 2017. Il confirme être en pourparlers avec la chef du parti, Josée Néron.

C'est la première fois que François Tremblay ouvre la porte à l'ERD, lui qui, jusqu'ici, tenait mordicus à son statut de conseiller indépendant. Il convient que la réflexion est sérieuse et continue, mais insiste sur le fait qu'il terminera le présent mandat sous la bannière indépendante et qu'il prendra le pouls de ses électeurs avant de trancher.

«Oui, la réflexion par rapport à l'ERD est très sérieuse. J'en ai parlé avec Josée Néron. Je l'admire beaucoup, parce qu'elle a fait le choix de questionner et d'amener la nécessité de débattre à l'hôtel de ville, alors qu'elle pourrait très bien faire autre chose. On est tous les deux convaincus de la nécessité de prendre un virage pour qu'un changement majeur s'installe à Saguenay. Il y a urgence d'agir et j'invite les gens à aller au-delà de l'apparence des individus qui sont en politique et à réaliser que les gens font de réels combats qui impliquent beaucoup de courage», dit François Tremblay. Le président de l'arrondissement entend profiter des prochains mois pour aller à la rencontre de ses concitoyens et discuter de la question.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer