Atchoum rentre au bercail

Atchoum le clown a fait le bonheur des... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Atchoum le clown a fait le bonheur des enfants à l'occasion de l'ouverture officielle du parc des Mille lieux de la colline

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Mathys, Maélie, Alicia, Marie-Laurence, Élika, Isyëv et une ribambelle de jeunes enfants étaient ravis, samedi, de pouvoir échanger avec leur idole, Atchoum le clown.

La petite Isyëv, trois ans, s'apprêtait à rejoindre... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

La petite Isyëv, trois ans, s'apprêtait à rejoindre Atchoum dans sa maisonnette.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Vestige du défunt village de la sécurité, la... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.1

Agrandir

Vestige du défunt village de la sécurité, la Tourticoli a été repeinte et est désormais ouverte au public.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

La coqueluche des tout-petits était de passage «chez elle», à Chicoutimi-Nord, pour distribuer bisous et câlins à l'occasion de l'ouverture officielle du parc des Mille lieux de la colline.

Même si Éole s'est permis de souffler un vent frisquet sur la ville en matinée, plusieurs familles ont misé sur la présence du soleil et ont mis le cap sur le parc thématique de la rue Pinel. Sur l'heure du midi, les visiteurs pique-niquaient autour des jeux d'eau et plusieurs bambins s'amusaient à taquiner les personnages des différents mondes des Mille lieux. Cette année, deux nouveaux venus font leur entrée dans l'univers coloré de ce qui fut autrefois le Village de la sécurité. Prof Molécule, un savant fou, s'exerce dans la Tourticoli, la tour d'observation du parc. Tout juste léchée par une couche de peinture fraîche, l'infrastructure, qui est un vestige du défunt village, est désormais ouverte au public. Bonzo, définie par la coordonnatrice, Marie-Ève Potvin, comme une «extra-terrestre curieuse», est la deuxième recrue.

«Nous avons toujours quatre à cinq personnages qui sont présents sur le site. On ouvre officiellement aujourd'hui, mais les visiteurs qui viendront au cours des prochains jours seront principalement des groupes scolaires parce que la saison touristique n'est pas encore lancée», a mis en relief la responsable. Également en nouveauté pour la deuxième saison d'activités du parc : la Place de la famille «Le Lait».

À la maison

Temporairement libérée de l'étreinte d'une courte paire de bras, Atchoum a pris quelques minutes pour discuter avec l'équipe du journal. Celle qui agit comme porte-parole du parc s'est dite heureuse de rentrer au bercail. Sauf qu'il restait bien peu de place dans sa maisonnette, littéralement prise d'assaut par une kyrielle de bouts de choux, têtes sorties des fenêtres pour faire des grimaces.

«J'aime toujours ça revenir ici. C'est ma maison d'été! Mon autre, c'est ma voiture. Cet été, il y aura plein des surprises, mais aujourd'hui, je donne des câlins à tous mes amis», a-t-elle indiqué, une fleur collée sur le bout du nez.

L'an dernier, certains parents ont critiqué le fait que le prisé personnage n'était pas présent dans son village (un parc où l'admission n'est pas gratuite) très souvent. L'alter ego d'Atchoum, Véronique Gagné, avait expliqué que l'entente conclue avec Promotion Saguenay assurait sa présence quelques fois seulement pendant la saison chaude pour des spectacles et des bains de foule. Il faut dire qu'en dépit du fait que les petits Saguenéens se soient pratiquement approprié le désormais célèbre clown, les enfants d'ailleurs au Québec lui vouent également un amour sans bornes et Atchoum a un agenda estival bien garni.

Au cours de la saison qui s'est amorcée samedi, l'artiste viendra au moins quatre fois et présentera deux spectacles. Des visites surprises sont aussi prévues. La principale intéressée se garde toutefois de lever le voile sur les dates pour l'instant. Les visites seront annoncées à l'avance, mais pas trop, dit-elle, histoire de ne pas décevoir personne advenant un contretemps. Samedi, les grands souliers d'Atchoum ont foulé le sol des Mille lieux pendant plus de quatre heures. Est-elle ensuite restée dans sa maisonnette pour la nuit, à dormir sous les étoiles de Chicoutimi? Ça, l'histoire ne le dit pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer