Relance du théâtre palace arvida : ATM revient dans le portrait

Le Théâtre Palace Arvida... (Archives Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le Théâtre Palace Arvida

Archives Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Tous les scénarios sont sur la table pour assurer la relance du Théâtre Palace Arvida. Diffusion Saguenay reprend les discussions avec le Cégep de Jonquière, avec qui il a déjà été question d'établir un partenariat visant la création de studios de captation et d'enregistrement.

Le projet a cessé d'alimenter les discussions entre les deux parties au moment où la salle de spectacle a fermé ses portes en raison de l'état lamentable du bâtiment, il y a maintenant 18 mois.

Régulièrement invité par l'auteure de ces lignes à faire le point dans le dossier du Palace, le président du C.A. de Diffusion Saguenay, Pierre Mazurette, fait état d'une «dynamique nouvelle» et de discussions avec un organisme parapublic qui n'est pas un palier de gouvernement. On sait que l'apport financier de la Ville, du provincial et du fédéral a été sollicité afin de rassembler les quelque 3 millions$ nécessaires à la rénovation du bâtiment patrimonial du boulevard Mellon.

L'entente pressentie avec le collège, par l'entremise du programme Art et technologie des médias (ATM), visait initialement l'ajout d'une annexe. Le projet, présenté au ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) était évalué à 8 millions$. Sa réalisation aurait permis aux étudiants d'ATM de bénéficier de studios d'enregistrement à la fine pointe de la technologie.

S'il n'a pas voulu entrer dans le fin détail des pourparlers, Pierre Mazurette a confirmé que sa corporation a «toujours autant d'intérêt» pour le partenariat avec le cégep. Le sentiment serait réciproque. Grosso modo, le président frappe à toutes les portes pour maximiser ses chances de réussir au risque, dit-il, d'avoir l'air d'un «peddler» (autrefois un vendeur itinérant d'objets de peu de valeur). S'il est octroyé, le financement du fédéral prendra plusieurs mois avant de se matérialiser. Ni Saguenay ni Québec n'ont à ce jour confirmé leur participation financière.

Un nouveau joueur issu du secteur privé a approché la direction de Diffusion Saguenay, rapporte son président, qui n'a jamais caché qu'une association avec une entreprise fait partie des options considérées. Est-ce Rio Tinto, une compagnie liée au Palace par le cours de l'histoire? Me Mazurette ne fournit pas de réponse précise à ce chapitre. Il se contente de dire qu'il a pris le bâton de pèlerin dans ce dossier et qu'il n'abandonnera pas sa quête tant et aussi longtemps qu'il ne verra pas la pittoresque salle renaître de ses cendres, même si le chemin est long.

Conseillère en communications chez Rio Tinto, Xuân-Lan Vu a indiqué qu'aucune demande de don ou de commandite n'a été soumise à la multinationale pour ce projet, mais que l'entreprise analysera attentivement toute requête pouvant lui être soumise en lien avec le Palace.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer