Bénévoles recherchés

Plus de 18 000 jeunes participeront à une... (Archives Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Plus de 18 000 jeunes participeront à une journée d'initiation dans le cadre du programme Pêche en herbe de la Fondation de la faune du Québec.

Archives Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Zip Saguenay-Charlevoix, l'organisme qui organise l'activité Pêche en herbe en bordure de la rivière Ha! Ha! , dans secteur de la Pyramide de l'arrondissement de La Baie, a un grand besoin de bénévoles pour la journée d'initiation à la pêche destinée aux jeunes le vendredi 3 juin.

«Depuis maintenant sept ans, quelque 75 jeunes âgés de 9 à 12 ans sont initiés chaque année au plaisir de la pêche sportive dans le but d'assurer une relève à cette activité de plein air. Provenant de différentes écoles primaires du secteur, chaque participant se voit offrir une canne à pêche ainsi qu'un permis valide jusqu'à l'âge de 18 ans. L'élève reçoit également une formation de base à partir de petits ateliers donnés par les partenaires associés à l'événement», informe Ghislain Sylvain, directeur général de Zip Saguenay-Charlevoix.

«La supervision et le déroulement de cette journée d'initiation reposent sur un critère très important: la sécurité. Tous les moyens disponibles sont mis de l'avant pour s'assurer qu'aucun incident ne vienne perturber la bonne marche de cette journée. Tous les partenaires associés à l'activité participent activement à voir à ce que le tout se déroule sécuritairement», fait valoir le responsable.

La réussite de Pêche en herbe repose sur l'implication des bénévoles qui est l'élément clé pour l'encadrement des jeunes. «Chaque bénévole a pour tâche de s'occuper de trois jeunes tout au long de la journée. De plus, d'autres s'occupent de la sécurité en bordure du plan d'eau. Nous avons donc besoin d'une quarantaine de bénévoles chaque année pour la réalisation de cette activité», indique Ghislain Sylvain.

L'an dernier, les responsables ont eu de la difficulté à réunir le nombre de bénévoles nécessaire pour tenir de manière sécuritaire l'événement. «Si cette tendance devait se poursuivre, nous devrions malheureusement mettre fin à celui-ci. C'est dans ce contexte que nous demandons l'aide de la population pour nous donner un coup de pouce en participant à titre de bénévoles à l'édition 2016 de Pêche en herbe», lance celui qui termine les préparatifs de l'activité.

Si chaque année plus de 70 jeunes participent à l'événement, j'imagine que ces enfants ont des parents qui pourraient donner un petit coup de main. Les mordus de la pêche qui ont sûrement de nombreux conseils à donner aux jeunes pourraient en profiter pour transmettre leur connaissance. Les jeunes ont besoin de vous, ils vont s'en souvenir toute leur vie.

Il suffit de téléphoner au 418-544-5813 ou par courriel à gsylvain@royaume.com. En plus, des prix seront tirés au sort parmi tous les bénévoles ayant participé à l'activité.

18 000 pêcheurs en herbe

Cet été, plus de 18 000 jeunes participeront à la journée d'initiation à la pêche organisée dans le cadre du programme Pêche en herbe de la Fondation de la faune du Québec, en collaboration avec Canadian Tire, partenaire principal, et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Depuis sa création en 1997, le programme a permis d'initier près de 250 000 jeunes.

La Fondation de la faune fournira le matériel nécessaire à plus de 225 organismes provenant de toutes les régions du Québec pour l'activité offerte aux jeunes de 9 à 12 ans. Les organisations s'engagent à leur offrir une formation portant, entre autres, sur l'habitat du poisson, les techniques de pêche, les conseils de sécurité, la protection de l'environnement et l'éthique du pêcheur. De plus, tous les jeunes initiés recevront une canne à pêche et des leurres pour taquiner le poisson.

Pour repérer une activité de Pêche en herbe près de chez vous, consultez ce site: http://www.fondationdelafaune.qc.ca/documents/File/TableauProjetsAcceptesPEH2016.pdf

Truite arc-en-ciel

La propagation de la truite arc-en-ciel n'est pas souvent une bonne nouvelle pour les différents cours d'eau de la province. Afin de mieux documenter la propagation de ce salmonidé originaire de la côte ouest de l'Amérique du Nord dans les rivières de l'est du Québec, le MFFP a mis sur pied en 2010 un suivi des captures basé sur la déclaration volontaire des pêcheurs sportifs. En cinq ans, ce suivi a permis d'enregistrer tout près de 450 truites arc-en-ciel provenant d'une trentaine de rivières, auxquelles s'ajoutent 410 observations et captures réalisées lors de l'opération des passes migratoires, des décomptes en apnée et des inventaires menés par le personnel du ministère.

Bien qu'il soit interdit d'introduire cette espèce dans les plans d'eau situés dans l'est de la province, on en capture aujourd'hui dans une cinquantaine de rivières. Votre humble serviteur en a déjà capturé une dans la rivière Jupiter à Anticosti avec témoins à l'appui. On se demandait bien comment elle avait pu se trouver là. La truite arc-en-ciel a été introduite au Québec à la fin du 19e siècle.

«Des études scientifiques ont récemment permis de définir le processus de propagation de la truite arc-en-ciel dans les rivières à saumon de l'est du Québec. Elles ont démontré son impact négatif sur l'omble de fontaine et le saumon atlantique, deux salmonidés indigènes et emblématiques du Québec», informe le ministère.

Après une pause d'un an en 2015, le suivi annuel des captures de truite arc-en-ciel est de retour. Lors de votre pêche, si vous capturez un spécimen de truite arc-en-ciel, déclarez-la dans l'une des stations d'enregistrement qui ont été mises en place dans la plupart des postes d'accueil des rivières à saumon et dans certains bureaux du ministère.

Ces déclarations visent à mieux documenter l'évolution de la dispersion de cette espèce non indigène dans les rivières de l'est de la province et qu'il cible spécifiquement cinq régions du Québec: Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Capitale-Nationale (à l'est de la rivière Sainte-Anne), Saguenay-Lac-Saint-Jean et Côte-Nord.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on peut enregistrer les captures:

• à l'Association de la rivière Sainte-Marguerite au 160, rue Principale à Sacré-Coeur, (418) 236-4604;

• à Contact nature Rivière-à-Mars au 3232, chemin St-Louis à La Baie, (418) 697-5093;

• à la Zec de la rivière Saint-Jean Saguenay au 17 Rue Saint-Jean-Baptiste à L'Anse-Saint-Jean, (418) 272-2199

• et au Parc national du Fjord-duSaguenay (SÉPAQ) au 91, Notre-Dame à Rivière-Éternité, (418) 272-1556.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer