24h de marche pour Maèva-Lee

Il s'agira de la troisième marche du capitaine... (Photo courtoisie, Mario Plourde)

Agrandir

Il s'agira de la troisième marche du capitaine Denis Turcotte (en jeune). Cette photo a été prise l'an dernier, alors que le policier marchait en compagnie d'élèves de Jonquière.

Photo courtoisie, Mario Plourde

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Un policier de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), le capitaine Denis Turcotte, marchera durant 24 heures, les 3 et 4 mai prochains.

Le capitaine de la Sécurité publique de Saguenay,... (Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Le capitaine de la Sécurité publique de Saguenay, Denis Turcotte, veut sensibiliser les gens face aux jeunes vivant avec une différence.

Photo Le Progrès-dimanche, Jeannot Lévesque

Sa mission est de sensibiliser la population aux réalités des élèves handicapés et en difficulté d'adaptation et d'apprentissage. Sa motivation? Sa fille Maèva-Lee.

Le capitaine à la Division de la surveillance du territoire de la SPS en sera à sa troisième marche de 24 heures. Il a lancé cet événement en marge de la Semaine des élèves handicapés et en difficulté d'adaptation et d'apprentissage. C'est en premier lieu pour sa fille de 14 ans, Maèva-Lee, qu'il a décidé de s'impliquer. Maèva-Lee a été adoptée à l'âge de quatre mois. Ses parents sont allés la chercher en Corée. Lorsqu'elle avait environ six ans, les médecins lui ont diagnostiqué une dysphasie sévère. Elle souffre, entre autres, de difficultés d'élocution et a des problèmes à se repérer dans le temps.

«J'ai voulu faire quelque chose de significatif pour ouvrir les yeux aux gens face à la différence des jeunes. Les gens sont souvent très intolérants et s'il y en a qui me dérangent, c'est bien ceux qui n'ont pas de respect pour les autres. La différence nous fait avancer et il faut aller au-delà des préjugés», affirmée le capitaine Turcotte.

L'homme partira de l'École polyvalente Jonquière à 10 h 30, le 3 mai. Il sera accompagné de plusieurs élèves et enseignants, qui marcheront avec lui durant quelques kilomètres. Denis Turcotte continuera son parcours et il attend la population à 18 h 30 au Patro de Jonquière. Tout le monde est d'ailleurs invité à se joindre à lui durant ces 24 heures de marche.

Le capitaine veut aussi sensibiliser les employeurs et les inviter à engager des jeunes travailleurs vivant avec une différence. «Nos jeunes se lèvent tous les jours et se préparent à affronter le regard et le jugement des autres. Ces jeunes deviennent tellement persévérants et travaillants. Il faut les encourager davantage», a indiqué Denis Turcotte, qui a toujours eu ce côté altruiste fort développé.

«Je me souviens lorsque les premiers policiers ont partagé leur homosexualité avec leurs collègues. Ça n'a pas été facile pour plusieurs d'entre eux. Moi, je les prenais immédiatement sur mon équipe parce que je ne suis pas capable d'endurer l'intimidation et l'intolérance», a avoué le policier, qui est père de quatre enfants. Outre Maèva-Lee, il est le papa de Marika, Anthony et Dérek. Ses deux plus vieux ont suivi ses traces et sont aujourd'hui policiers à l'extérieur de la région.

Cette année, la Sécurité publique de Saguenay a décidé d'embarquer dans le projet du capitaine. Quelques policiers marcheront d'ailleurs avec leur collègue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer