100 000$ pour les enfants

Mme Claire Guay avait le bien-être des enfants... (Photo courtoisie)

Agrandir

Mme Claire Guay avait le bien-être des enfants à coeur. À son décès, elle a légué une bonne partie de ses avoirs aux enfants dans le besoin de Chicoutimi.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Une dame qui a toujours mené une vie ordinaire a posé un geste qui aura des répercussions extraordinaires.

À son décès, Claire Guay a légué une somme de 100 000$ aux enfants dans le besoin de Chicoutimi. Un montant qui représente une bonne part de son héritage et qui fera une grande différence pour plusieurs petits.

La générosité de Claire Guay rejaillira sur des petits de niveau primaire du secteur sud de Chicoutimi, le secteur où elle a passé sa vie.

Il y a déjà plus de 20 ans, la dame a fait part aux membres de sa famille de son intention de donner un montant d'argent pour les enfants dans le besoin lors de son décès.

Elle est décédée d'un cancer le 30 mai 2014, à l'âge de 85 ans. Dans son testament, elle demandait qu'une somme de 100 000$ soit remise aux enfants dans le besoin.

Claire Guay était célibataire et sans enfant. Elle a pratiqué le métier de coiffeuse dans un salon d'Arvida pendant plusieurs années. Quand son père est décédé, à l'âge de 92 ans, elle a laissé son emploi pour s'occuper de sa mère, qui est décédée quelques années plus tard, à l'âge de 90 ans.

C'est l'aînée de ses nièces, Raymonde Guay, et son mari, qui se sont occupés d'elle lorsqu'elle fut plus âgée. Ce sont aussi eux qui ont agi à titre de liquidateurs de la succession.

Le geste de celle qu'ils appelaient «tante Claire» ne les a pas du tout surpris. «Ma tante était croyante. Les jeunes enfants dans le besoin la préoccupaient. N'ayant pas d'enfant, c'est ce qu'elle a décidé de faire de son héritage», explique simplement Raymonde Guay au bout du fil.

Jamais Claire Guay n'a indiqué pour quelle raison elle souhaitait donner aux enfants défavorisés. «Je pense que c'est dû au fait qu'elle n'était pas beaucoup scolarisée. Je crois qu'elle voulait s'assurer que ceux qui n'ont pas beaucoup d'argent puissent poursuivre leur cheminement», présume-t-elle.

«C'était une femme simple, humble, même un peu timide. Elle était très généreuse de son temps et elle aimait la vie», décrit Raymonde Guay.

Bien qu'ils habitent maintenant Québec, Raymonde Guay et son mari ont tous deux enseigné à Chicoutimi dans le passé. Ils ont donc pensé à contacter la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay afin d'honorer les dernières volontés de leur tante. C'était il y a environ un an.

L'idée de la Fondation de la réussite du Fjord a été lancée en 2014. L'organisation vise à favoriser la réussite et la participation des élèves en contribuant aux activités scolaires et parascolaires.

Une mission qui correspond parfaitement à la cause que Mme Guay souhaitait soutenir.

À l'intérieur de la fondation a été créé le Fonds Claire Guay.

«Grâce à des placements, chaque année, un montant sera utilisé pour le bien-être des enfants», souligne Raymonde Guay.

Liz S. Gagné, présidente et représentante de la... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Liz S. Gagné, présidente et représentante de la communauté de la Fondation de la Réussite du Fjord, confirme que le don reçu permet à l'organisation de partir sur une bonne note.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Un beau cadeau pour la Fondation

Le don de 100 000$ de Mme Claire Guay représente tout un cadeau pour la Fondation de la Réussite du Fjord. Le montant permet à l'organisation officiellement lancée il y a quelques semaines à peine de partir du bon pied.

«C'est beaucoup, c'est une belle mise de départ. C'est un cadeau inespéré», affirmer Liz S. Gagné, présidente de la fondation et représentante de la communauté. «Avec les intérêts, ça nous donne de l'oxygène pour partir», affirme celle qui a été à la présidence de la Commission pendant 25 ans.

Un fonds spécial Claire Guay a été créé à l'intérieur de la fondation. Afin de respecter la volonté de la défunte, l'argent servira aux écoles primaires du secteur sud de Chicoutimi.

Liz S. Gagné est touchée par le geste posé par Mme Guay. «C'était une dame très simple, soucieuse du bien-être des enfants. Ce qui me touche beaucoup, c'est de voir que cette dame a posé ce geste pour les enfants. Si elle l'a fait, j'espère que d'autres voudront le faire aussi.»

Permettre aux jeunes de croire en eux, d'avoir des rêves, de s'épanouir. Voilà la mission que s'est donnée la Fondation de la Réussite du Fjord.

«De plus en plus de jeunes ont besoin d'aide. Auparavant, les commissions scolaires et les écoles avaient une marge de manoeuvre pour aider les jeunes. Là, le gouvernement est venu chercher tout ce qu'il pouvait. Il n'y a plus de marge de manoeuvre. Il va falloir que la communauté aide et soutienne les projets. On est rendu là.»

Liz S. Gagné espère que ça devienne naturel pour la population de soutenir les écoles.

«Aux États-Unis et dans les provinces anglophones, avoir une fondation dans les commissions scolaires va de soi. On veut que ça devienne naturel ici de soutenir les écoles de notre quartier.»

La fondation pourra dès l'automne prochain émettre des reçus de charité.

Elle tiendra sa première activité de financement le 12 mai prochain à 19h, à l'auditorium Charles-Gravel. Il s'agit d'une conférence échange avec l'ancien footballeur Étienne Boulay intitulée Le parcours d'un gagnant. Étienne Boulay racontera comment il est passé de l'élève aux faibles notes à l'homme discipliné et engagé qu'il est aujourd'hui.

Les billets sont en vente au coût de 23$ via Réservatech.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer