Les Villages-relais ont dix ans

Dans la région, Hébertville (photo), L'Anse-St-Jean, La Doré,... (Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Dans la région, Hébertville (photo), L'Anse-St-Jean, La Doré, Saint-Fulgence et Lac-Bouchette font partie du réseau des villages-relais.

Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

À l'aube de la saison estivale, la Fédération des villages-relais invite les automobilistes à s'arrêter dans l'une des 41 localités certifiées de la province, dont cinq qui se trouvent au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Saint-Fulgence... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Saint-Fulgence

Photo courtoisie

Dix ans après le lancement du projet-pilote pour tester le concept, la directrice générale de l'organisation, Sylvie Bellerose, admet que le réseau de haltes demeure méconnu par bon nombre de citoyens. Un réseau qui offre bien plus que des services de base, dont l'essence, la restauration et l'hébergement. Il peut sauver des vies, insiste la directrice générale.

«C'est un concept quand même encore nouveau. Il a fallu quelques années avant que les gens reconnaissent les pancartes et sachent ce qu'est un village-relais. Mais il y a encore du travail à faire sur ce point. Plusieurs ignorent même que le réseau existe», pointe Mme Bellerose, dans une entrevue accordée au Progrès-Dimanche en marge de sa tournée régionale effectuée à la mi-avril. «Et pourtant, il faut plus que jamais en parler. Car le réseau vise à inciter les gens à s'arrêter le long de leur parcours. La fatigue au volant, il faut le dire, c'est la troisième cause d'accident mortel. Ce n'est pas rien. La fatigue, tout conducteur peut l'éviter», ajoute la directrice générale.

Dans la région, Hébertville, L'Anse-St-Jean, La Doré, Saint-Fulgence et Lac-Bouchette font partie du réseau fondé à la fin des années 2000. Pour devenir village-relais, les localités doivent compter moins de 10 000 habitants et offrir des services de base. En créant ce réseau, le gouvernement voulait également favoriser le passage des gens dans ces petites communautés.

«Au-delà des services, il y a aussi des lieux à découvrir. Les villages-relais c'est aussi pour les curieux qui ont envie de voir des choses différentes dans des localités», résume Mme Bellerose.

Le nombre de villages-relais devrait aussi grimper dans les prochaines années. La Fédération, présidée par le maire de Saint-Fulgence, Gilbert Simard, compte atteindre plus d'une cinquantaine de ces endroits. «Le concept doit se faire davantage connaître, c'est indéniable. Mais il est là pour rester. Et la qualité est égale partout. Les municipalités doivent respecter une charte de qualité», détaille M. Simard, estimant qu'il n'est pas impossible que d'autres municipalités de la région se joignent au réseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer