27 000 poules pondeuses à Saint-Ambroise

Avec leurs 27 000 poules pondeuses, Amélie Audet... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Avec leurs 27 000 poules pondeuses, Amélie Audet et Nicholas Tremblay assurent un avenir à leurs enfants Victor, Juliette et Meggy.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

En 2008, lors de la naissance de leur premier enfant, Amélie Audet et Nicholas Tremblay voyaient naître leur premier poulailler dans le décor campagnard de Saint-Ambroise.

Inspirés par la beauté de leur fille, et dans l'espoir de lui transmettre cette passion pour les bêtes, les entrepreneurs baptisèrent ce premier poulailler Les poules à Meggy.

Ayant un baccalauréat en agriculture, c'est avec 7106 poules que Nicholas plongeait enfin dans la réalité de l'agriculture. Puis, il y a eu Les Poulettes à Juliette. Ce bâtiment est l'éleveuse. C'est là que les poussins prennent cinq mois à devenir des pondeuses. Elles sont ensuite transférées, pendant 12 mois, parmi Les Poules à Meggy qui a doublé de superficie et compte maintenant 19 000 poules. À l'âge de 17 mois, la pondeuse prend sa retraite vers l'abattoir où sa chair servira à faire des produits transformés, tels que de la saucisse.

Le poulailler Les Poules à Victor, baptisé en l'honneur du plus jeune fils de la famille Tremblay-Audet, a pris vie en décembre 2015. Souhaitant innover et répondre à une éventuelle demande du client, Nicholas s'est lancé dans l'aventure de la poule en liberté. Les 8000 poules vivent en liberté dans un espace de 36 pieds par 236 pieds de long. Les poules ont des nids où elles pondent et elles peuvent se jucher comme bon leur semble. Par contre, en ayant moins de poules, la bâtisse est plus dispendieuse à chauffer. Puisque les bêtes bougent plus, et qu'elles dépensent plus d'énergie, elles coûtent aussi plus cher à nourrir. Parmi les inconvénients, il y a aussi le système de nettoyage qui est moins pratique, donc l'odeur d'ammoniaque est beaucoup plus forte que les poules en installations conventionnelles.

La ferme des Tremblay-Audet héberge un total de 27 000 poules blanches qui permettent à Nicholas, depuis deux ans, d'en faire son travail à temps plein. Comme ses trois enfants, âgés de quatre à huit ans, passent encore le plus clair de leur temps à s'amuser, l'agriculteur peut compter sur l'aide de trois employés. Mais, d'ici quelques années, ses enfants n'auront pas à fouiller trop loin pour trouver un emploi étudiant!

Les Poules à Victor regroupent 8000 poules en... (Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 2.0

Agrandir

Les Poules à Victor regroupent 8000 poules en liberté. Bien que l'environnement soit mieux adapté, les inconvénients sont nombreux.

Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Le bien-être des poules préoccupe le consommateur

Tous les producteurs du Québec sont confrontés aux mêmes enjeux, soit le bien-être de l'animal. Le consommateur veut manger de la viande et des oeufs issus de bêtes heureuses et en liberté, mais est-ce que cette demande est réaliste? Et comment définir la notion de bonheur chez les animaux?

Nouvelles installations

Les recherches prouvent que la poule est portée à s'isoler pour pondre et aime se percher. Au Québec, les producteurs sont donc appelés à transformer leurs poulaillers afin de remplacer les cages conventionnelles pour des cages enrichies, plus spacieuses et adaptées aux besoins instinctifs de la poule.

Poules blanches ou poules brunes?

La poule blanche et la poule brune pondent des oeufs de couleurs différentes, mais dont les propriétés sont les mêmes. Par contre, la poule brune, plus costaude, demande un plus grand espace et plus de nourriture. Elle est donc plus dispendieuse à élever.

Maladies et contamination

Dans les poulaillers, on applique la biosécurité pour éviter de contaminer les poules d'une quelconque maladie. Les visiteurs, à moins de prendre les précautions nécessaires, ne peuvent pas entrer dans les poulaillers. Si la maladie n'a jamais fait son entrée chez les producteurs de Saint-Ambroise, c'est aussi parce que la rotation des poules est régulière et le nettoyage a lieu à tous les nouveaux arrivages de poules.

Comment acheter des oeufs à la ferme de la famille Tremblay-Audet?

Tous les jours, de 10h à 13h, il est possible d'acheter des oeufs directement à la ferme de la famille Tremblay-Audet, située au 640 rang Ouest à Saint-Ambroise. Les amateurs de doubles jaunes ou d'oeufs provenant de poules en liberté seront comblés!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer