Un premier demi-marathon à Lévis pour Éli-Jeanne

Johanne Desbiens, Élie-Jeanne Tremblay et Nathalie Guérin prendront... (Le Progrès-dimanche, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Johanne Desbiens, Élie-Jeanne Tremblay et Nathalie Guérin prendront part au demi-marathon de Lévis, la semaine prochaine.

Le Progrès-dimanche, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le demi-marathon international Oasis de Lévis sera témoin d'un bel exemple d'entraide, le 1er mai prochain. La jeune Éli-Jeanne Tremblay participera à son premier demi-marathon, grâce à Nathalie Guérin. Cette dernière poussera l'adolescente de 15 ans, installée dans un fauteuil roulant, puisqu'elle est atteinte d'une maladie neurologique.

La mère d'Éli-Jeanne, Johanne Desbiens, sera également du départ pour une première fois à Lévis, elle qui s'est mise à la course à pied il y a quelques années. L'idée du dynamique trio a commencé à germer cet hiver, lorsque Johanne a partagé son objectif de participer au demi-marathon de Lévis.

Puisqu'elle avait déjà participé à quelques courses à pied avec Éli-Jeanne, Nathalie, une amie de la famille, a accepté de s'inscrire elle aussi, à condition qu'Éli-Jeanne les accompagne.

«On veut lui faire vivre l'aventure, la fébrilité d'un départ de course, l'arrivée et tout ce qui vient avec, explique Nathalie Guérin, une athlète aguerrie qui a plusieurs compétitions de courses à pied à son actif. Éli-Jeanne va y être en tant que participante. C'est elle, notre championne, et c'est elle qui va nous donner de l'énergie.»

Éli-Jeanne Tremblay est atteinte de la neuropathie sensitivomotrice héréditaire avec agénésie du corps calleux, une maladie neurologie et héréditaire, aussi connue sous le nom de syndrome d'Andermann. L'adolescente est en mesure de se déplacer à l'aide d'une marchette. La famille a dû surmonter quelques obstacles au cours de la croissance de la jeune Éli-Jeanne, mais une persévérance hors du commun a permis à tout le monde de voir le soleil briller.

Une bourse de la Fondation Maurice Tanguay a permis de faire l'acquisition d'un fauteuil roulant adapté à la course. C'est donc bien installée qu'Éli-Jeanne vivra son premier événement d'importance, pendant que Nathalie Guérin poussera la chaise.

«Je sors vraiment de ma zone de confort, convient-elle, ajoutant que passer un long moment assise dans le fauteuil est aussi un effort exigeant pour Éli-Jeanne. C'est un stress et je veux aussi être à la hauteur. Je veux vraiment réussir.»

Nathalie met toutefois toutes les chances de son côté pour réaliser l'exploit. Elle, Johanne Desbiens et Éli-Jeanne Tremblay effectuent des sorties régulièrement afin d'accumuler les kilomètres. Le trio confirme que le temps de préparation est plutôt court, tout en soulignant que l'expérience acquise va aider. Nathalie Guérin a d'ailleurs participé au demi-marathon de Lévis il y a quelques années.

«Le parcours fait en sorte que c'est réalisable», assure-t-elle. Le 1er mai, le copain de sa fille sera présent pour lui venir en aide si jamais cela est requis.

Nathalie a tenu à rendre hommage à son amie, qui n'a jamais ménagé les efforts pour assurer une belle qualité de vie à son enfant.

«Avec tout le train-train quotidien, ce n'est pas évident et je trouve que c'est Johanne la championne, louange Nathalie Guérin. Si je peux apporter une petite contribution, ça me fait plaisir.»

Les trois partenaires ont comme objectif de parcourir les 21,2 kilomètres du parcours ensemble. Sans se fixer d'attentes en terme de temps, elles n'ont qu'un seul souhait. «Qu'on arrive les trois avec le sourire», conclut avec sagesse Nathalie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer