Un message positif de Pierre Girard

Les arpenteurs-géomètres Frédéric Gilbert, Sylvain Guay et Pierre... (Progrès-dimanche, Dominique Gobeil)

Agrandir

Les arpenteurs-géomètres Frédéric Gilbert, Sylvain Guay et Pierre Girard lancent un appel aux PME pour donner un nouveau souffle à l'économie régionale.

Progrès-dimanche, Dominique Gobeil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Si on veut avoir une région qui fonctionne, il faut arrêter de dire que le climat économique est pessimiste et profiter du fait que c'est plus tranquille pour se relever les manches!»

L'appel est lancé par l'homme d'affaires Pierre Girard, du bureau d'arpenteurs-géomètres Girard Tremblay Gilbert basé à Alma depuis 1979. Ce dernier a eu l'impression dans la dernière année de nager à contre-courant des tendances économiques décourageantes véhiculées, alors que l'entreprise a raffermi ses positions au Saguenay et au Lac-Saint-Jean avec l'ouverture de Nadeau Girard & associés à Chicoutimi et la création du Groupe Tipaikan à Mashteuiatsh.

«Les PME représentent l'avenir. Comme entrepreneurs, nous devons nous entraider et continuer d'investir, parce que si on lâche, on s'en va vers la catastrophe. Pendant qu'on s'écrase, Québec et Montréal s'organisent», poursuit-il.

Son jeune associé Sylvain Guay abonde en ce sens. «Il faut être proactif. Saisir des opportunités, explorer de nouveaux domaines, s'informer sur la technologie... Quand ça va recommencer en force, on va être prêt!» Selon l'arpenteur-géomètre Frédéric Gilbert, c'est aussi «le temps de s'organiser pour être plus performant», par exemple en modernisant les équipements, en améliorant la formation du personnel ou en développant de nouveaux logiciels de gestion.

Avec le nouveau bureau racheté à l'arpenteur-géomètre Pierre Nadeau, Pierre Girard compte créer une dizaine d'emplois et donner la chance aux jeunes, qui profiteront toujours de l'expérience du groupe. «C'était naturel de prendre plus de place à Saguenay, car nous avons déjà beaucoup de clients là-bas. En développant des petites parts de marché un peu partout, on finit par avoir une belle grosse tarte. C'est comme ça qu'une PME peut réussir», indique celui qui est originaire de Chicoutimi-Nord.

Regarder ailleurs

M. Girard va plus loin encore. «Il ne faut pas avoir peur d'aller voir à l'extérieur de la région, parce que les entreprises de l'extérieur, elles, n'ont pas peur de venir ici.» La coentreprise autochtone fondée à Mashteuiatsh permet justement au groupe d'obtenir plus facilement des contrats dans le Nord.

Girard Tremblay Gilbert a toujours eu une philosophie d'offrir un service clé en main à ses clients, ce qui lui a permis d'entretenir des partenariats avec des ingénieurs, des urbanistes et des spécialistes en environnement alors que les exigences gouvernementales en matière de développement de projets sont de plus en plus exigeantes.

«On ne fait pas juste produire des certificats de localisation lors de la vente d'une maison, plaisante Pierre Girard. On sert de guide tout le long du projet parce que nous avons développé une expertise multidisciplinaire à l'interne et quand ça dépasse nos limites, on est le lien avec les autres intervenants. C'est comme ça qu'une économie régionale peut bien vivre: en n'empiétant pas dans nos champs d'expertise respectifs. Il faut une certaine chimie entre les PME.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer