Un modèle de refuge exemplaire

Stéphane Fallu anime Refuge animal.... (Photo courtoisie)

Agrandir

Stéphane Fallu anime Refuge animal.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

Picotte : « Au Québec, la fourrière s'appelle maintenant un refuge et, pour survivre, l'alliance avec les professionnels de la santé animale risque d'être primordiale. »

L'émission Refuge animal, diffusée les mardis soir à TVA, vient de secouer tous les refuges du Québec. La nouvelle émission, tournée dans un refuge exemplaire, risque de créer un désir de restructuration dans ces endroits recueillant les animaux de compagnie perdus, abandonnés, errants, en détresse ou saisis.

Refuge animal est tourné entre les murs de l'organisme à but non lucratif Les Services animaliers de la Rive-Sud qui dessert les municipalités de Longueuil, Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville (300 000 habitants). Sur une note un peu trop mélodramatique, on y dépeint pourtant le portrait de ce que devrait être le refuge d'aujourd'hui. Que ce soit pour la qualité de ses installations ou pour son personnel professionnel, Les Services animaliers de la Rive-Sud mettent la table pour un vent de changement prouvant que l'alliance entre professionnels dans le domaine animalier est possible et surtout essentielle.

Cette nouvelle émission démontre bien que les fourrières, qu'on appelle maintenant des refuges, ont changé de tête depuis les dernières années. Ayant une clinique vétérinaire sur place, permettant des soins quotidiens, les petits pensionnaires des Services animaliers Rive-Sud reçoivent aussi des évaluations comportementales. Cherchant à gagner la confiance des gens qui auront à adopter ou à confier un animal à ces endroits, tous les refuges du Québec seront appelés à se conformer aux exigences des clients.

S'improviser un refuge dans le fond d'une vieille grange risque d'être moins bien vu qu'avant. Piloter ce genre d'entreprise exige aussi un investissement monétaire important impliquant la région desservie. Sauver des animaux demande désormais beaucoup d'amour, de compassion et de connaissances.

Sauvetage

L'heure est aux sauvetages et les humains qui veulent donner une meilleure vie à un animal dans le besoin sont nombreux. Mais qu'est-ce qu'un sauvetage ?

Se faire croire qu'un animal risque la mort, qu'il a été cruellement abandonné, imaginer son passé atroce et pardonner tous ses défauts en se disant qu'il a vécu des traumatismes sont tous des hypothèses qui aideront l'humain à poursuivre son glorieux sauvetage. C'est vrai que certains animaux ne l'ont pas eu facile, mais l'humain n'a pas besoin de raisons aussi intenses pour se lasser de ses relations avec les êtres vivants. Régler les conflits ne fait désormais plus partie des options.

Trop de poil, trop de jappements, trop d'occupation et trop de dépenses sont aussi des raisons pour reconduire un animal au refuge. Il est faux de penser que l'euthanasie menace tous les animaux qui entrent dans ces endroits. Bien qu'elle soit parfois un incontournable pour les animaux souffrants (mentalement ou physiquement), nous avons maintenant beaucoup de ressources, autres que l'euthanasie.

De plus en plus de bénévoles, ayant des connaissances en comportement animal, offriront leurs services pour, par exemple, réhabiliter certaines bêtes ou en héberger temporairement. Au fond, adopter un animal, peu importe l'endroit, est un sauvetage en soi quand on s'imagine le pire...

Le 4 avril dernier, Dylan Girard perdait sa... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Le 4 avril dernier, Dylan Girard perdait sa complice Ciboulette qui est morte de vieillesse. Un appel de l'équipe de Picotte a mis un baume sur le coeur du garçon de 11 ans.

Photo courtoisie

Des mots d'encouragement pour Dylan

Plusieurs lecteurs, touchés par l'histoire de Dylan Girard et Ciboulette publiée la semaine passée dans cette page, ont tenu à réconforter le garçon de 11 ans qui vit un triste deuil suite au départ de sa chatte.

«Je le comprends tellement. On a perdu notre lapine le 20 février dernier, j'ai cru que ma fille ne s'en remettrait jamais... Elle était tout pour elle. Depuis, nous avons adopté une nouvelle lapine qu'on adore, mais notre Pistache demeure unique et irremplaçable.» - Catherine Gagné, La Baie

«Moi, j'avais huit ans quand on a eu ma Frisette. Elle est encore en vie, elle a 18 ans et je n'ai vraiment pas hâte que ça arrive.» - Ima Dallaire, St-Ambroise

«Mon fils a son chat depuis vingt ans. Ce chat l'attendait tous les jours au bout de l'entrée, assis sur la poubelle de bois. Lorsque l'autobus scolaire arrivait, il remontait le chemin à ses côtés, et ce tous les jours, pendant des années. Il est sur le point de nous quitter et mon fils l'appelle encore son plus grand ami à vie. Une vie ensemble, ça ne s'oublie pas.» - Nathalie Duchesne, Montréal

«Salut Dylan ! Reçois toutes mes condoléances pour la perte de Ciboulette. J'ai aussi perdu ma chatte Charlotte le 6 décembre dernier, après huit ans de vie ensemble. Je comprends ta peine et je la partage, car moi aussi j'ai de la difficulté. Ensemble, tous les deux, restons forts en pensant aux beaux souvenirs qu'elles nous laissent.» - Yvon Roy, Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer