Succession de Jean Tremblay: Côté et Dufour intéressés

Le conseiller municipal Carl Dufour... ((Archives))

Agrandir

Le conseiller municipal Carl Dufour

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La mairie de Saguenay intéresse les conseillers municipaux Simon-Olivier Côté et Carl Dufour. Les deux échevins, qui font partie de la relève à la table du conseil de ville, avouent que l'annonce du départ de Jean Tremblay les incite à réfléchir.

Simon-Olivier Côté le dit d'emblée: «Ce n'est pas quelque chose qui ne m'intéresse pas. C'est quelque chose qui m'intéressait déjà pour 2021, mais le fait que le maire parte là et que, selon moi, l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) a moins sa raison d'être, il y a de l'ouverture pour de nouvelles façons de faire.»

Le responsable du quartier #11 croit que la joute politique qui se jouait à l'hôtel de ville depuis l'élection de novembre 2013 provoque un «retour à zéro».

«Je ne me serais jamais présenté contre le maire, tout comme je ne me serais jamais présenté contre Marina Larouche si elle était restée», pointe le jeune conseiller et père de trois enfants. Depuis l'annonce du retrait du maire de la vie politique, le téléphone de Simon-Olivier Côté a sonné à quelques reprises.

«J'ai eu une quinzaine de messages de gens qui faisaient allusion à ça. On m'encourage à la faire», dit celui qui a mis en place un conseil de district dans son quartier.

«Le municipal, c'est mon palier»

Carl Dufour admet qu'il ne peut pas répondre non à la question «êtes-vous intéressé par la mairie de Saguenay?». «Mon nom est sorti à quelques reprises. Je pense que les gens apprécient mon travail de proximité. Je n'ai pas d'intérêt pour le provincial et le fédéral, mais le municipal, c'est mon palier. J'aime le travail de terrain», fait ressortir le porte-étendard du quartier #6. Carl Dufour entend prendre le temps qu'il faut pour réfléchir. Celui qui n'était pas du tout destiné à la politique croit maintenant que tout est possible.

«Le 20 mai 2009, la journée avant ma fête, je ne savais même pas ce que faisait un conseiller municipal. Le soir de ma fête, lors d'un souper, mon frère et un ami m'ont proposé de monter un programme et m'ont dit: ''on pense que tu es capable de faire le travail de conseiller''. Deux mois plus tard, ils sont arrivés avec le programme et le reste fait partie de l'histoire», raconte celui qui a été élu pour une seconde fois en 2013.

Une chose est sûre, si le conseiller Dufour brigue la mairie, il bénéficiera très certainement de l'appui de Marc Pettersen. Si l'actuel candidat libéral fédéral dans Jonquière a manifestement pris goût aux campagnes électorales, il n'a pas d'intérêt pour la mairie.

«Il y a de bonnes têtes actuellement à la table du conseil. Si Carl Dufour pose sa candidature, je serai derrière lui à 2000 pour cent. Je le côtoie souvent et on a la même façon de travailler. On ne compte pas les heures», dit le conseiller de Chicoutimi-Nord, qui voit son homologue Dufour comme le «chef d'orchestre de son quartier».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer