Nathaniel tremblay vit son «baptême»

La piqûre, peu importe l'âge

Nathaniel Tremblay était bien heureux d'avoir relevé son... (- Photo Le Quotidien Louis Potvin)

Agrandir

Nathaniel Tremblay était bien heureux d'avoir relevé son défi, soit de nager son premier km en eau libre. Il a la piqûre.

- Photo Le Quotidien Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Il n'y a pas d'âge pour attraper la piqûre de la nage en eau libre. On peut commencer aussi jeune qu'à l'âge de 11 ans. Parlez-en à Nathaniel Tremblay de Larouche.

Le garçon a eu son baptême hier alors qu'il a participé à sa première compétition, le 1 km du Marathon du Lac-à-Jim à Saint-Thomas-Didyme.

Le journaliste du Quotidien a nagé avec le garçon afin de l'encourager avec son père, un grand amateur de nage en eau libre, François-Bernard Tremblay. Une belle façon de voir comment une passion se transmet de père en fils.

J'ai donc pris le temps de prendre une photo du départ avant de plonger à l'eau et rattraper le peloton de 48 nageurs qui ont pris le départ.

Surprise, le jeune allait plus vite que ne l'avait prévu son père. Il a donc fallu que je nage à bon rythme pour les joindre.

Quel plaisir de nager en eau libre! C'est un éloge de la lenteur même si on travaille fort pour avancer à 3km/h. L'eau était chaude, pas de vagues; des conditions idéales. Parfaites surtout pour les jeunes et les moins jeunes qui se frottent à l'aventure.

Nager en eau libre, c'est le nirvana, il n'y a rien de comparable. On ne s'ennuie surtout pas des piscines chlorées où il faut tourner à chaque 25 mètres. C'est la liberté à l'état pur. Surtout qu'au Lac-à-Jim, il est possible de le faire dans un environnement sécuritaire . Pas surprenant que le nombre d'inscriptions pour le 1 km augmente chaque année. Ce sport devient de plus en plus populaire.

Quand j'ai finalement rejoint Nathaniel, il recevait les conseils de son père. Il l'invitait à lever la tête pour bien regarder la position des bouées. Moi qui pensais reprendre mon souffle, j'ai été surpris par la vitesse du jeune. Nous avons franchi les 500 derniers mètres en multipliant les encouragements. Le jeune tournait les bras à bonne vitesse et n'a pas réduit sa cadence. Il était beau à voir.

Il faut croire qu'il carbure à l'orgueil, car Nathaniel a effectué un excellent temps de 21 minutes 34 secondes. «J'ai mal en dessous des bras et j'étais étourdi à l'arrivée. Je n'aurais pas pu nager plus longtemps, j'ai tout donné», a lancé avec aplomb le jeune homme. Épuisé, il ne pensait pas répéter l'expérience. Parions qu'il sera du départ du 1 km samedi prochain à Roberval quand il aura décanté. Une passion va naître comme se fût le cas pour sa soeur Audréanne qui a fini 6 au général et 2e dans sa catégorie lors de cette épreuve.

Antoine Bouchard de Roberval a lui aussi participé pour une première fois à une course en eau libre. Il a tripé sur son expérience. «Ce n'est pas évident au départ avec tous ces nageurs. C'est intimidant, mais ça s'est replacé. Ensuite, ce qui a été difficile c'est de s'orienter sur l'eau», a-t-il témoigné satisfait de sa performance.

Signe que la nage en eau libre est en santé plus de 26 nageurs âgés entre 11 et 14 ans ont nagé ce 1 km.

Pour ma part, cette expérience me donne le goût de m'inscrire l'an prochain et de tenter ma chance au 5 km. Le bien-être dans l'eau et la plénitude l'emporte sur tout. Une belle drogue douce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer