Fabricants de monuments funéraires

L'industrie se maintient

Chantale et Carl Grenier sont copropriétaires de l'entreprise... (Photo Gimmy Desbiens)

Agrandir

Chantale et Carl Grenier sont copropriétaires de l'entreprise Les Monuments Grenier d'Albanel.

Photo Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Albanel) L'achat d'un monument funéraire vous coûtera, au bas mot, autour de 1000$. Certains clients n'hésiteront pas à investir entre 15 000$ et 20 000$ pour honorer la mémoire d'un proche. Il est possible de choisir la taille, la couleur, l'inscription et les motifs qui orneront la pierre. Les clients peuvent également ajouter une photo à l'effigie du défunt ou un dessin significatif.

Pour certains, il n'y a rien de trop beau le moment venu de magasiner une pierre tombale. En fait, on ne devrait plus employer les mots «pierre tombale», devenus obsolètes. Peu importe la terminologie, ces structures faites de granit sont toujours fabriquées et vendues au Saguenay-Lac-Saint-Jean par des entreprises spécialisées. Il serait faux de dire que l'industrie des monuments honorifiques est foisonnante. Cela dit, le marché demeure stable, malgré des changements marqués dans les us et coutumes des Québécois au fil des ans.

«L'incinération est très à la mode, particulièrement chez les jeunes dans la trentaine. Plusieurs d'entre eux voudront que leurs cendres soient placées dans un columbarium. Mais chez les personnes âgées, qui représentent les trois quarts de notre clientèle, les croyances religieuses sont encore très présentes et les gens veulent être mis en terre», fait valoir la copropriétaire et directrice des ventes chez Monuments Grenier, Chantale Grenier.

La patronne de l'entreprise située en bordure de la route 169, à Albanel, assure que les monuments sont encore au goût du jour en 2013. Elle convient toutefois que l'entreprise a dû diversifier ses activités il y a trois ans. Quand le père de Chantale Grenier a fondé son entreprise en 1991, la vente de monuments funéraires représentait un marché prometteur. Vingt ans plus tard, les comptoirs de granit comptent pour la moitié du chiffre d'affaires de la PME.

Goûts

Tous les goûts sont dans la nature et cela vaut aussi pour les monuments funéraires. Traditionnellement noirs ou gris, ils se font dorénavant en vert, rose ou blanc. Leur visage a beaucoup changé au fil des ans, au gré des avancées technologiques. Hautement performants, les appareils de gravure rendent les possibilités pratiquement infinies pour les clients à la recherche d'une structure personnalisée et, parfois, carrément avant-gardiste.

«J'ai des clients dont la mère de 52 ans 'tripait' sur les Harley-Davidson. Nous leur avons donc proposé le logo avec le nom de la dame inscrit dans les ailes et une photo de sa moto. La gravure, c'est carrément un art», pointe Chantale Grenier. Elle cite également l'exemple d'un retraité amoureux de la pêche, qui venait tout juste de terminer la rénovation de son chalet. Son épouse a demandé que soit intégrée une photo du bâtiment.

L'ajout de photographies est également en vogue. Les appareils utilisés par certaines compagnies permettent l'intégration de clichés cuits sur porcelaine. Ces médaillons sont particulièrement prisés des parents qui doivent traverser la difficile épreuve de perdre un enfant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer